La sociologue et l’ourson

0
80

lasociologuetloursonGenre : doc­u­men­taire

film : 77′ et 120′ de bonus — disponible en dvd et en vod sur Uni­ver­scine, Fil­moTV, Itunes, Les mutins de Pangée, Love­myvod et en VOD.

Un film de Eti­enne Chail­lou & Math­ias Théry

L’in­trigue : De sep­tem­bre 2012 à mai 2013, la France s’emflamme sur le pro­jet de la loi du Mariage pour tous.
Pen­dant ces neufs mois de ges­ta­tion lég­isla­tive, la soci­o­logue Irène Théry racon­te par télé­phone à son fils, réal­isa­teur, les enjeux du débat. De ces réc­its nait un ciné­ma d’ours et de peluches, de jou­ets, de bouts de car­ton. Por­trait intime et feuil­leton nation­al, ce film nous fait redé­cou­vrir ce que nous pen­sions tous con­naître : la famille.

Notre avis : Ce doc­u­men­taire aurait pu être une comédie musi­cale, tant les co réal­isa­teurs ne man­quent pas d’idées icon­o­clastes pour con­ter leur his­toire. En effet, plutôt que d’aborder l’épopée du mariage pour tous de manière con­ven­tion­nelle, basée sur une série d’interview, les deux com­pères déci­dent non seule­ment de se con­cen­tr­er sur le prisme famil­ial (celui d’une mère soci­o­logue répon­dant aux ques­tions de son fils), mais en plus de faire incar­n­er les pro­tag­o­nistes par… des mar­i­on­nettes. Irène  Théry, la mère de Math­ias, l’un des deux auteurs, répond ain­si à ses appels télé­phoniques « joués » par des mar­i­on­nettes à fig­ure d’oursonne et de son petit. Mais jour­nal­istes, hommes et femmes poli­tiques subis­sent le même traite­ment. Les images réelles se con­cen­trent sur des actions pré­cis­es, comme des images de la manif pour tous ou le vote à l’Assemblée par exem­ple (mais Frigide Bar­jot a elle aus­si droit à sa mar­i­on­nette). Un esprit proche d’Avenue Q flotte donc sur ce film qui n’oublie jamais d’être instruc­tif. Le procédé peut paraître totale­ment arti­fi­ciel, il l’est, mais la grande force des réal­isa­teurs est de s’arranger pour qu’il ren­force incroy­able­ment leur pro­pos. Un tra­vail assez fou autour des mar­i­on­nettes, mais aus­si des décors (l’Elysée, le loge­ment de la soci­o­logue entre autres) rend l’entreprise encore plus attachante. Un tour de force malin et inspiré qui prou­ve que le doc­u­men­taire peut s’affranchir aisé­ment de cer­tains car­cans pour mon­tr­er et faire ressen­tir, et avec quelle force douce, des faits de société majeurs.

En vente partout et sur ce site.