La mélodie du bonheur — Montagnes vert-de-gris

0
381
The Sound of Music (La Mélodie du Bonheur) ©DR
The Sound of Music (La Mélodie du Bon­heur) ©DR

Titre orig­i­nal : The Sound of Music 

Une comédie musi­cale de Richard Rodgers et Oscar Ham­mer­stein II

Créa­tion : 1959

Prin­ci­pales chansons 
The Sound of Music — Maria — My Favorite Thing — Do Re Mi — Six­teen Going on Sev­en­teen — The Lone­ly Goatherd — How Can Love Sur­vive ? — Laendler — So Long, Farewell — Climb Ev’ry Moun­tain — No Way to Stop It — An Ordi­nary Cou­ple — Pro­ces­sion­al — Edelweiss

Syn­op­sis
L’ac­tion se situe à Salzbourg, dans les années 1930. La jeune Maria devient gou­ver­nante au ser­vice de la famille von Trapp. Si les sept enfants sont au garde à vous devant leur mil­i­taire de père, c’est une toute autre his­toire quand celui-ci est absent. Maria se retrou­ve donc avec une bande de gar­ne­ments à apprivois­er. Pro­gres­sive­ment, sa gen­til­lesse et sa spon­tanéité auront rai­son de l’hos­til­ité des enfants qu’elle ini­tie au théâtre, à la musique, à la nature… Le cap­i­taine von Trapp lui-même suc­combe au charme de la jeune fille. Tout irait pour le mieux si la guerre n’é­clatait… La famille von Trapp devra s’ex­pa­tri­er pour échap­per à Hitler…

Le thème
Au-delà de l’his­toire d’amour et le traite­ment quelque peu « fleur bleue » du réc­it, la Mélodie du Bon­heur s’in­scrit dans un con­texte tout à fait par­ti­c­uli­er. En effet, la comédie musi­cale donne un aperçu de l’Autriche de l’a­vant-guerre et du choix auquel furent con­fron­tés les Autrichiens — et le reste de l’Eu­rope — au début de la Sec­onde Guerre Mon­di­ale. On peut toute­fois not­er que cet aspect his­torique est quelque peu nég­ligé au prof­it de l’évo­lu­tion des per­son­nages et de la romance.

L’his­toire der­rière l’histoire 
La Mélodie du Bon­heur est fondée sur une his­toire vraie. Elle s’in­spire de l’au­to­bi­ogra­phie de Maria Von Trapp (parue en 1949) qui racon­tait l’ex­il et la vie de cette famille de musi­ciens. Dès 1956, l’his­toire est adap­tée à l’écran en Alle­magne : Die Fam­i­lie Trapp. >

La ver­sion « musi­cal » arrive à Broad­way en 1959. Les créa­teurs sont Richard Rodgers et Oscar Ham­mer­stein II. Ce duo excep­tion­nel règne sur Broad­way depuis les années 40 et compte de nom­breux suc­cès par­mi lesquels fig­urent Okla­homa ! (1943), Carousel (1945), South Pacif­ic (1949) ou Le Roi et moi (1951). La Mélodie du Bon­heur représen­tera la dernière col­lab­o­ra­tion entre Richard Rodgers et Oscar Ham­mer­stein II puisque ce dernier meurt en août 1960, seule­ment neuf mois après le début des représen­ta­tions. C’est Mary Mar­tin qui crée le rôle de Maria de 1959 à 1961. Son inter­pré­ta­tion lui vau­dra d’ailleurs de rem­porter un Tony Award.

En 1965, la comédie musi­cale est adap­tée à l’écran. La réal­i­sa­tion est con­fiée à Robert Wise, qui avait aupar­a­vant dirigé l’in­con­tourn­able West Side Sto­ry (1961). Dans le rôle de la Maria de la Mélodie du Bon­heur, on retrou­ve Julie Andrews, à peine sor­tie de son per­son­nage de Mary Pop­pins, une autre gouvernante.

Le film rem­portera cinq oscars et con­naî­tra un tri­om­phe absolu. Devenu un clas­sique du ciné­ma musi­cal, son suc­cès ne fut égalé qu’en 1978, avec la sor­tie de Grease.

Ver­sions de référence
The Sound of Music, Orig­i­nal Broad­way Cast — Avec Mary Mar­tin (Sony/Columbia)

La bande orig­i­nale du film :
The Sound of Music, Sound­track, 35th anniver­sary Ed. (BMG/RCA)

Le film lui-même : La Mélodie du Bon­heur, de Robert Wise, avec Julie Andrews, Christo­pher Plum­mer… (vidéo et DVD)