Critique : La leçon

0
305

la leçonUn texte d’ Eugène Ionesco

Mise en scène : Samuel Sené
Avec : Chris­t­ian Bujeau (le pro­fesseur), Claire Bara­dat (l’élève), Cathy Sabroux (la bonne)
Décor et cos­tumes Isabelle Huchet
Lumières : Franck Seigneuric
Assis­tant : David Eguren

Samuel Sené, que l’on con­naît prin­ci­pale­ment comme directeur musi­cal (Fame, notam­ment), met aujour­d’hui en scène une pièce de Ionesco avec une dis­tri­b­u­tion tout à fait musi­cal-friend­ly : Chris­t­ian Bujeau (fon­da­teur de l’Ecole des 3 Arts), Claire Bara­dat (Anne, le musi­cal et Cathy Sabroux (réseau DIVA). En dehors de ça, cette Leçon de Ionesco n’a rien à voir avec le théâtre musi­cal, même si l’am­biance som­bre à la lim­ite de l’esthé­tique grand guig­nol n’est pas sans rap­pel­er par­fois l’u­nivers de Sweeney Todd, par exem­ple. Dans cette pièce, un pro­fesseur donne des cours par­ti­c­uliers à une jeune fille. petit à petit, leurs rap­ports se den­si­fient, se com­plex­i­fient, faisant inter­venir le sadisme et l’humiliation.

La direc­tion d’ac­teurs, très pré­cise, ne se con­tente pas de se repos­er les effets comiques du style absurde de Ionesco (effets qui par ailleurs ne con­cer­nent qu’une par­tie du spec­ta­cle) mais dis­sèque l’am­biguïté de cette rela­tion maître-élève. Chris­t­ian Bujeau est par­ti­c­ulière­ment inquié­tant en pro­fesseur autoritaire.
Une pièce du réper­toire à redécouvrir.