La belle de Cadix

0
388

Opérette de Fran­cis Lopez.
Mise en scène de Olivi­er Desbordes.

Car­los Med­i­na, grande vedette de ciné­ma, quitte la Côte d’Azur pour aller tourn­er un film au sud de l’Es­pagne par­mi les dernières com­mu­nautés gitanes qui gar­dent encore leurs tra­di­tions, leurs chants et leurs dans­es. Maria-Luisa, la plus belle des gitanes, est jalouse. Son fiancé Ramirez s’est fait engager comme gui­tariste dans la troupe. Jalouse et peut-être déjà attirée par Car­los, elle accepte de tenir le rôle de la Belle de Cadix dans le film en pré­pa­ra­tion. Une des scènes les plus impor­tantes du film est la céré­monie du mariage. Le fig­u­rant choisi étant un véri­ta­ble roi gitan, Car­los et Maria-Luisa se retrou­vent réelle­ment mar­iés. Les deux jeunes gens s’ac­cusent mutuelle­ment d’être respon­s­able de la sit­u­a­tion. Ils se dis­putent allè­gre­ment tout en jouant la comédie du grand amour devant leurs admi­ra­teurs atten­dris. Ils passeront la nuit ensem­ble, mais cha­cun dans une pièce séparée.

Le lende­main, les pris­es de vues con­tin­u­ent. La jalousie de Ramirez et de Miss Hamp­ton, fiancée de Car­los, con­tribue à semer la con­fu­sion la plus com­plète. On apprend alors que le roi gitan n’é­tait qu’un impos­teur. Le mariage est donc nul. Car­los part pour Cannes, Maria-Luisa reste à Cadix. Miss Hamp­ton a com­pris que Car­los et Maria-Luisa s’aimaient d’amour ten­dre ; elle joue les bons offices et cette belle his­toire peut se ter­min­er par le hap­py end, tant atten­du par l’amateur d’opérette.