Jeanne et Marguerite (Critique)

0
331

jeanneetmargueriteAvec Françoise Cadol. Un texte de Valérie Per­onne, mise en scène de Christophe Luthringer

Mar­guerite aime et attend Eugène ; Jeanne aime et attend James. Let­tre après let­tre, cha­cune écrit sa pas­sion ardente, douce, impétueuse, éper­due. A 100 ans d’in­ter­valle, les mêmes mots, les mêmes joies, le même cha­grin. Le même amour fou auquel se brû­lent Jeanne et Marguerite.

Notre avis : Sur un texte sen­si­ble et ten­dre, Françoise Cadol, seule en scène, entraine le spec­ta­teur dans cette belle his­toire d’amour croisée. Celle qui écriv­it le livret de L’hô­tel des roches noires se livre ici à un tout autre exer­ci­ce. Sa voix par­ti­c­ulière alliée à une présence ten­dre et forte don­nent une épais­seur par­ti­c­ulière à ces échanges épis­to­laires, procédé util­isé de temps à autres au théâtre, Love let­ters à l’ap­pui… Et ce qui pour­rait appa­raitre comme une suite de gen­tils cour­ri­ers amoureux se charge d’une émo­tion pal­pa­ble, sup­port­ée par une scéno­gra­phie et des éclairages dis­crets. Le lien qui unit ces deux femmes se fait jour peu à peu, mais ne con­stitue pas l’in­térêt pre­mier de ce joli spec­ta­cle, ten­dre, émou­vant, féminin. A voir.