Garçon manqué (Critique)

0
349

Andy Cocq fait de sa cham­bre un lab­o­ra­toire ou il crée avec minu­tie et folie toute une galerie de per­son­nages déjan­tés, extrav­a­gants et émou­vants. Il nous présente son univers unique, dans un rythme « Coc­quien » où le pub­lic est le com­plice de son orig­i­nal­ité exac­er­bée. C’est en inter­pré­tant les per­son­nages de femmes d’aujourd’hui qu’Andy fait la dif­férence en les ren­dant touchantes, émou­vantes et surtout à hurler de rire. Quant aux per­son­nages mas­culins, ils sont témoins et vic­times de son hyper sen­si­bil­ité. La force d’Andy Cocq est d’être un garçon manqué !

—–
Notre Avis :

Andy Cocq assume pleine­ment son élas­tic­ité et, il n’y a pas à tor­tiller, cela le rend tor­dant. Ses grands yeux d’enfant et sa voix qui sem­ble gig­ot­er tout autant que lui font le reste : sans être hila­rant, le texte prête volon­tiers à rire parce qu’il est accom­pa­g­né de mim­iques et d’intonations irré­sistibles. L’énon­cé des con­signes de sécu­rité et ses digres­sions absur­des pen­dant 5 bonnes min­utes au début du spec­ta­cle don­nent le ton de la bonne humeur. Dans la galerie de por­traits présen­tés, celui que l’on préfère est Andy lui-même, plein de sec­ond degré et d’autodérision. On aurait même aimé en appren­dre un peu plus sur la genèse de ce nou­veau phénomène ch’ti et sur son évo­lu­tion du Garçon man­qué à l’artiste de Star­ma­nia, Le Sol­dat Rose, Spa­malot et Ren­dez-vous. Les fans auraient aus­si voulu l’entendre chanter, même si ce n’est pas exacte­ment le pro­pos de ce one man show. Le spec­ta­cle est néan­moins l’occasion de pass­er un bon moment en intim­ité avec un artiste sym­pa­thique­ment drôle et plein de talent.

(vous pou­vez aus­si lire notre entre­tien avec Andy Cocq)