Gaétan Borg

0
252
Gaétan Borg ©DR
Gaé­tan Borg ©DR

Après avoir joué notam­ment dans Chance et Belles, belles, belles, Gaé­tan est à l’af­fiche de Dirty Danc­ing, The Musi­cal à Utrecht, aux Pays-Bas, depuis mars 2008.

Nom : Borg

Prénom : Gaétan

Date de nais­sance [NDLR : année fac­ul­ta­tive mais ce serait bien si vous la met­tiez] : 28 juil­let 1979

J’adore : Appren­dre, me déguis­er, le gratin de can­nel­loni de ma maman, mon gratin de can­nel­loni (c’est exacte­ment le même), enten­dre le pub­lic rigol­er tous les soirs au même moment, les Gold­en Girls, les har­mos vocales, les expres­sions du Sud de mon papa, appren­dre à faire des trucs débiles comme un dou­ble noeud de cra­vate ou une bulle de chew­ing-gum, me pren­dre une bonne leçon de vie, Calvin & Hobbes (un com­ic book), la Thaïlande…

Je déteste : Le j’m’en foutisme (en général mais notam­ment chez les coif­feurs), qu’on me coupe la parole (mais je com­prends…), le manque de politesse et d’at­ten­tion, le manque de recul sur soi et aus­si quand les gens bal­an­cent leur mau­vaise humeur à la gueule des autres.. c’est vrai, non ? Ils n’y sont pour rien les autres !

Ma couleur préférée : Le bleu nuit.

Mon péché mignon : Les « kwekke­boom kroket­ten » (c’est un snack hol­landais : une cro­quette de ragoût de veau).

L’autre méti­er que j’au­rais pu faire : Créa dans la pub (j’ai fail­li d’ailleurs…).

La chose que j’emporterais sur une île déserte : Mon ordi et une con­nex­ion Inter­net com­pat­i­ble île déserte.

Mon pire cauchemar : C’est le bor­del, tout le monde s’en fout, je dois sauver le show.

Sucré ou salé ? « pittig » !
(pronon­cer « pii­i­itir­rrrr »), ça veut dire « piquant » en néerlandais.

En ce moment, j’é­coute : Spring Awak­en­ing, Legal­ly Blonde — The Musi­cal, Jason Robert Brown, Jurriaan.

En ce moment, je lis : En alter­nance Le pavil­lon des can­céreux de Soljénit­syne, et L’RSS de la révo­lu­tion à la mort de Staline d’Hélène Car­rère d’En­causse… après ça, sans doute un épisode de Calvin & Hobbes pour m’en remettre.

Mon idole quand j’avais dix ans était : Elton John (Bat­man, c’est venu plus tard).

Mon idole aujour­d’hui est : Kristin Chenoweth.

Ma comédie musi­cale préférée : S’il faut choisir, j’ai une ten­dresse par­ti­c­ulière pour Bil­ly Elliot.

Le rôle que je rêve d’in­ter­préter : Le rôle de Thomas Mau­ri­on dans Chérie, j’ai rétré­ci les goss­es.

La per­son­ne avec qui je rêve de tra­vailler : Quand j’ai regardé trop d’épisodes à la suite avant de me couch­er, je rêve par­fois que je suis l’as­sis­tant de C‑J dans The West Wing. C’est l’at­tachée de presse de la Mai­son Blanche et elle cartonne.

Trois adjec­tifs qui me décrivent : Mul­ti­tâche, métic­uleux, idéaliste.

Ques­tion posée par la précé­dente vic­time de Ze inter­roga­toire, Liza Michael : Qu’est-ce qui vous manque le plus dans les comédies musi­cales en ce moment ? (en dehors du fait d’être casté ou pas…). En France ? Un pub­lic, mais ça vient !

La ques­tion que je pose à la prochaine vic­time de ze inter­roga­toire : Qu’est-ce que tu rêverais de voir adap­té en comédie musicale ?

Ma devise : Le bon­heur, c’est du sérieux !