Fame — A star will be born

0
342
Fame ©DR
Fame ©DR

Fame (1980) réal­isé par Alan Park­er, écrit par Christo­pher Gore

Fame — The Musi­cal (1988) : livret de Jose Fer­nan­dez, Paroles de Jacques Levy, Musique de Steve Margoshes

Chan­sons

Film : Out Here On My Own — Hot Lunch Jam — Dogs In the Yard — Red Light — Is It Okay If I Call You Mine ? — Nev­er Alone — I Sing The Body Elec­tric — Fame

Comédie musi­cale : Pray I Make PA — hard Work — I Want To Make Mag­ic — Can’t keep It Down — There She Goes !/Fame — Let’s Play A Love Scene — Mabel’s Prayer ‑Think Of Meryl Streep — Danc­in’On The Side­walk — These Are My Chil­dren — In L.A. — Bring On Tomorrow

Syn­op­sis
Le film (ain­si que ses dérivés télévi­suel et scénique) relate les qua­tre années de dur labeur des étu­di­ants de la Per­form­ing Arts School de New York. Des audi­tions d’en­trée à l’ex­a­m­en de sor­tie, Fame per­met de suiv­re plusieurs ado­les­cents bour­rés de tal­ents à la con­quête de la célébrité. Tra­vail, ambi­tion, échecs et réus­site, décou­verte de soi et de l’amour sont autant de thèmes abor­dés. L’his­toire est cen­trée sur plusieurs per­son­nages représen­tat­ifs de l’é­cole : Bruno le musi­cien ital­ien hyper-doué, Doris la petite juive de Brook­lyn, Leroy le danseur dont le tal­ent n’a d’é­gal que son illet­trisme, Coco la por­tor­i­caine débor­dant d’am­bi­tion et les pro­fesseurs Grant (danse), Sho­rof­sky (musique) et Sher­wood (lit­téra­ture)… (A not­er : les noms changent dans la ver­sion scénique)

L’his­toire der­rière l’histoire 
C’est en 1980 que le phénomène Fame naît avec le film d’Alan Park­er (habitué des films musi­caux puisqu’il a réal­isé The Wall, The Com­mit­ments, Evi­ta). Son suc­cès est tel que, deux ans plus tard, une série télévisée lui suc­cède. De 1982 à 1987, les épisodes repren­nent les per­son­nages prin­ci­paux du film et décli­nent leurs aven­tures. Une fois encore, la réus­site est au ren­dez-vous. La série est dif­fusée dans le monde entier et devient culte, don­nant nais­sance à la voca­tion artis­tique de plusieurs généra­tions. Le film a été un trem­plin pour la car­rière d’Irène Cara (Flash­dance). La série a égale­ment per­mis l’é­clo­sion de jeunes tal­ents par­tic­i­pant à la dis­tri­b­u­tion : par­mi eux, Deb­bie Allen (rôle du pro­fesseur de danse et choré­graphe de la série) que l’on retrou­vera par la suite dans West Side Sto­ry et Sweet Char­i­ty (sur scène), Eri­ca Gim­pel ( Coco), dev­enue une habituée des séries TV (Urgences, Pro­fil­er, Nord et Sud…), Lori Singer (Julie) qui par­ticipe à Short Cuts ou Foot­loose, et même Janet Jack­son (Cleo).

Après l’ar­rêt de la série, un feuil­leton tente de pren­dre la relève, dans les années 90, Fame L.A., qui con­naî­tra net­te­ment moins de succès.

Par­al­lèle­ment, en 1988, une comédie musi­cale est créée à par­tir du film orig­inel. Reprenant les mêmes per­son­nages (mais pas leurs noms !), elle est com­posée d’une suite de scènes et d’én­ergiques morceaux chan­tés et dan­sés. Si les moments musi­caux sont pleins d’en­train, FAME — The Musi­cal se dis­tingue de ses mod­èles orig­inels : le livret est mince ; on ne retrou­ve pas le côté attachant des per­son­nages qui étaient devenus fam­i­liers à tra­vers le film et la série. Cepen­dant, cette ver­sion scénique est tou­jours à l’af­fiche un peu partout (on notera même un pas­sage à Paris en 1998 !).

Pour tous ceux qui se deman­dent si la fameuse école prise pour mod­èle dans Fame existe vrai­ment, la réponse est oui ! La Guardia High School of Music and Art end Per­form­ing Art se trou­ve effec­tive­ment à New-York. Cer­tains de ses anciens élèves sont pres­tigieux : Jerome Rob­bins, Al Paci­no, Liza Minel­li, Suzanne Vega…

Ver­sions de référence 

Le film d’Alan Park­er, édité par Warn­er, est tou­jours disponible.

La BOF l’est égale­ment, Fame Motion Pic­ture Sound­track (avec Irène Cara) — Polydor

Les fans de la série pour­ront écouter cer­tains morceaux des pre­mières saisons grâce à l’al­bum Kids From Fame — RCA