Empreintes (Critique)

0
241

EmpreintesDe la terre beau­jo­laise à une autre… EMPREINTES

Réc­its drôles et poé­tiques de Michel Aulas
Com­pag­nie Théâtre des Marronniers
En parte­nar­i­at avec le Cen­tre Cul­turel Asso­ci­atif Beaujolais
Adap­ta­tion théâ­trale et jeu : Yves Pignard
Paysages sonores : Serge Folie et Mick­aël Paquier
Illus­tra­tions : Dominique Simon
Mis­es en images : Tan­guy Guézo
Voix : Valérie Zipper
Lumière : Xavier Davoust

Notre avis :

A l’oc­ca­sion des trente ans du théâtre des Mar­ronniers, Yves Pig­nard, son directeur artis­tique, a souhaité met­tre en lumière des textes qui avaient mar­qué sa ren­con­tre avec ce théâtre lyon­nais. Empreintes (De la terre beau­jo­laise à une autre…) est une sélec­tion de réc­its écrits par le jour­nal­iste et écrivain Michel Aulas. Ces his­toires ten­dres et mali­cieuses du pays beau­jo­lais sont jouées avec un ent­hou­si­asme com­mu­ni­catif par Yves Pig­nard. L’artiste s’en donne en effet à coeur joie en incar­nant une série de per­son­nages hauts en couleur.

Deux musi­ciens créent des paysages sonores et des bruitages orig­in­aux. Le com­pos­i­teur Serge Folie est prin­ci­pale­ment aux claviers, accom­pa­g­né par Mick­aël Paquier aux per­cus­sions. Les instru­ments util­isés pren­nent des formes par­fois sur­prenantes. Con­traire­ment à ce que l’on aurait pu envis­ager a pri­ori, les musiques et arrange­ments ont une tonal­ité majori­taire­ment syn­thé­tique mais elle s’in­tè­gre bien aux récits.

Des dessins de Dominique Simon sont par ailleurs pro­jetés. Ces oeu­vres — qui ne sont pas sans évo­quer l’u­nivers de Sem­pé — illus­trent sub­tile­ment les tru­cu­lentes tranch­es de vie présen­tées. Ce voy­age en pays beau­jo­lais se con­clut le sourire aux lèvres, que l’on soit né près de la Saône ou sur d’autres terres.