Canada — Don Juan (Critique)

0
375
Marie-Ève Jan­vi­er et Jean-François Breau © Agence QMI

Le spec­ta­cle musi­cal de Félix Gray
Mise en scène de Gilles Maheu
Choré­gra­phie de Angel Rojas et Car­los Rodriguez
Direc­tion musi­cale de Guy St-Onge

Dis­tri­b­u­tion :
Nor­mand Lévesque (Don Luis)
Amélie B. Simard (Isabel)
Éti­enne Dra­peau (Don Carlos)
Natasha St-Pier (Elvi­ra)
Jonathan Roy (Raphaël)
Marie-Ève Jan­vi­er (Maria)
Jean-François Breau (Don Juan)

Don Juan n’a cure de l’amour que lui porte sa femme et court les jupons sans relâche. Son égoïsme est puni par le fan­tôme du Com­man­deur, un homme qu’il a tué par l’épée. Ce dernier le con­damne à tomber amoureux, il en mourra… .

Notre avis :
Don Juan est de retour pour dix représen­ta­tions seule­ment. On y retrou­ve le cou­ple vedette Breau/Janvier dans leurs rôles respec­tifs du séduc­teur Don Juan et de l’aimante Maria. Ils sont à la hau­teur de nos attentes et même davan­tage. On ne peut en dire autant du jeune Éti­enne Dra­peau (Don Car­los) qui endosse un rôle tenu aupar­a­vant par le grand Mario Pelchat. Une tâche ardue que l’ex-académicien n’a pas su relever à cause d’une insuff­i­sance vocale et d’un manque fla­grant de for­ma­tion théâ­trale. Sa col­lègue, Amélie B. Simard, nous offre une Isabelle sans arti­fices, une presta­tion cor­recte, sans plus. La sur­prise de cette édi­tion 2012 est sans con­teste l’hockeyeur / chanteur de hip hop, Jonathan Roy. Son Raphaël est tout sim­ple­ment émou­vant. Mal­gré ses débuts sur une scène et de sur­croît dans un grand spec­ta­cle comme l’est Don Juan, il s’en sort à mer­veille. Il se révèle aus­si à l’aise dans la musique folk (son univers de prédilec­tion) que dans l’u­nivers de la var­iété de Félix Gray. Un tal­ent à sur­veiller. Notons les per­for­mances de Nat­acha St-Pier (Elvi­ra) et Nor­mand Lévesque (Don Luis) qui sont égaux à eux-mêmes.

Côté décor, rien n’a changé : on y retrou­ve le même plateau tour­nant et pra­tique­ment les même acces­soires. Côté chan­sons, cette édi­tion a retrou­vé l’excellente chan­son « L’amour est plus fort » et une autre, toute nou­velle, inter­prétée en rap­pel « Nous, on veut de l’amour » : mais exit le duo Maria / Elvia dans le touchant : « Deux à aimer ».  À not­er que nous avons droit à l’éternelle bande-son, sauf à quelques (rares) occa­sions où trois musi­ciens jouent en direct.

Don Juan repose énor­mé­ment sur les dans­es fla­men­co. Celles créées par Angel Rojas et Car­los Rodriguez et exé­cutées par les quinze danseurs / danseuses sont tout sim­ple­ment épous­tou­flantes ! On en rede­mande encore et encore.

Don Juan est un spec­ta­cle où on se sur­prend à fre­donner toutes les chan­sons du spec­ta­cle, il faut men­tion­ner que Félix Gray a un don pour créer des « vers d’oreille » ! 

L’album regroupant 16 des plus grands suc­cès de Don Juan, tous signés Félix Gray et enreg­istrés par la nou­velle troupe, est disponible dès maintenant.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=59FJeFr8Tao[/youtube]