Diva 2011 : Ginger Circus

0
364

Gin­ger Cir­cus ©P. Bolantin

Pou­vez-vous nous présen­ter Gin­ger Cir­cus ?
C’est l’histoire d’un mou­ve­ment de protes­ta­tion qui éclate à Paris, en mai 2068, con­tre la cen­sure musi­cale exer­cée par le régime total­i­taire qui règne sur les Etats-Unis d’Europe. C’est pré­cisé­ment dans l’agence artis­tique « Paul emploie » que se forme le grou­pus­cule « Gin­ger Cir­cus », com­posé d’artistes décidés à lut­ter pour sauver la lib­erté de création.
Cette lutte con­tre la restric­tion des lib­ertés fait donc de Gin­ger Cir­cus une poli­tique-fic­tion mais traitée sur un mode déli­rant, avec une écri­t­ure ludique et humoris­tique, un univers et des per­son­nages plutôt atyp­iques… à décou­vrir le 7 juin !

Quel est l’univers musi­cal de l’œuvre ?
J’ai opté majori­taire­ment pour des chan­sons enjouées, jubi­la­toires et pétil­lantes, mais il y a égale­ment les incon­tourn­ables bal­lades, pro­pres aux per­son­nages amoureux, mais traitées ici au sec­ond degré ! Vingt titres orig­in­aux au total, avec de très nom­breux pas­sages poly­phoniques. J’ai réal­isé les arrange­ments et suis moi-même le directeur musi­cal et vocal du spectacle.
Les paroles évi­tent au max­i­mum le pre­mier degré, grâce à l’absurde, pour plonger par­fois sans retenue dans l’humour et le délire, grâce au décalage et au détourne­ment des codes.
Et je tiens beau­coup à pro­pos­er plusieurs numéros dan­sés, avec des choré­gra­phies con­juguant humour et per­for­mance, qui con­tien­dront de nom­breuses références à Broad­way, mais détournées et adap­tées à l’absurdité des per­son­nages et des sit­u­a­tions. Il sera égale­ment fait appel aux cla­que­ttes dans le jeu des comédiens.

Pou­vez-vous nous présen­ter l’équipe ?
Nous sommes cinq sur scène. Nel­ly Célérine (Le Roi Lion, Swing­ing Life, Les Indif­férents…) joue Pat, qui rêve de vie extra­so­laire, de médi­ta­tion et de  pur amour. Mar­i­anne Viguès (Les 1001 vies d’Ali Baba, Coups de foudre, Le Chant de coton…) inter­prète Cat, la soeur siamoi­se de Pat, rêvant de devenir chanteuse. Anand­ha Seetha­nen (Le Roi Lion, Hair, Hair­spray…) est Gin­ger, chanteuse rebelle bien décidée à lut­ter con­tre la poli­tique de cen­sure artis­tique menée par le pou­voir. Bernard Cha­treau (L’Ile de Tuli­patan) joue le per­son­nage Paul, directeur de l’agence artis­tique « Paul emploie » et fer­vent par­ti­san du dic­ta­teur en place. J’in­ter­prète, pour ma part, Alex­is, un chanteur engagé qui défie la cen­sure en écrivant une « poésie musi­cale » improb­a­ble, cen­sée chang­er le monde. Nous sommes accom­pa­g­nés au piano par Raphaël Sanchez. La mise en espace de la présen­ta­tion publique du 7 juin est dirigée par Ari­ane Lagneau. Et les futures choré­gra­phies seront signées Valérie Masset.

A quel stade de pro­duc­tion en êtes-vous ?
Tout est écrit, j’ai édité sur papi­er les dia­logues et toutes les par­ti­tions, les inter­prètes con­nais­sent toutes les chan­sons et l’équipe n’attend qu’une seule chose : pass­er à la réal­i­sa­tion scénique ! Il reste donc à trou­ver un théâtre et un finance­ment pour mon­ter et créer ce musi­cal orig­i­nal… avant de le faire tourn­er le plus longtemps possible !

La représen­ta­tion de Gin­ger Cir­cus aura lieu le mar­di 7 juin, à 18h30, au Théâtre du Petit Saint-Mar­tin. Entrée gra­tu­ite mais réser­va­tion indis­pens­able.