Diane Dassigny

0
314

Diane Dassigny
Diane Das­signy

Diane Das­signy est actuelle­ment dou­blure de Con­stance Weber, la femme de Mozart (prochaines dates les 10 et 24 novem­bre 2009), et de Nan­nerl, la sœur de ce dernier, dans Mozart l’Opéra Rock, mis en scène par Olivi­er Dahan au Palais des Sports. Les soirs où elle ne dou­ble pas, elle inter­prète Sophie Weber, la soeur de Con­stance et d’Aloysia, et d’autres personnages.

Nom : Dassigny

Prénom : Diane

Date de nais­sance : 12 novem­bre  (et oui, je suis scor­pi­on ascen­dant scorpion !)

J’adore : le désor­dre, sen­tir la vie autour de moi, met­tre trois heures à choisir le menu au restau­rant, par­tir en week-end impro­visé avec mon homme, décou­vrir de nou­veaux artistes grâce à des amis, aller voir des mer­veilles dans des tout petits théâtres, danser toute la nuit pieds nus, être sur­prise, jouer et chanter bien entendu !

Je déteste : le froid, la paresse, les gens qui se plaig­nent tout le temps, les insectes et les trucs qui ram­p­ent , le shop­ping, le range­ment, la vie sans musique, voir pleur­er ceux que j’aime…

Ma couleur préférée : le rose, le bleu, le vert… ver­sions pas­tel ou flashy !

Mon péché mignon : les pâtis­series, le chocolat.

L’autre méti­er que j’aurais pu faire : J’ai une licence de phi­lo donc peut-être quelque chose dans cette branche…  Sinon, j’au­rais sans doute adoré faire l’é­cole hôtelière !

La chose que j’emporterais sur une île déserte : mon amoureux  (ok, ce n’est pas une chose ni un homme-objet, je triche un peu) mais atten­tion, je l’au­rais for­cé à appren­dre toutes les chan­sons et toutes les poésies que j’aime avant notre départ.

Mon pire cauchemar : per­dre la mémoire.

Sucré ou salé ? Sucré bien sûr !

En ce moment, j’écoute :
Lady Gaga depuis que je l’ai décou­verte seule au piano en live dans Tarata­ta il y a deux semaines (allez voir sur Youtube, c’est juste énorme !) et moi car je tra­vaille sur mes nou­velles chan­sons donc j’é­coute beau­coup les maque­ttes ! (http://www.myspace.com/dianedassigny)

En ce moment, je lis : Epouser Mozart de Stéphanie Cowell.

Mon idole quand j’avais dix ans était : Mar­i­lyn Monroe.

Mon idole aujourd’hui est : Mar­i­lyn Mon­roe. Oui, je suis fidèle !

Ma comédie musi­cale préférée : West Side Sto­ry, Cats, Cer­tains l’ai­ment chaud… Celles de mon enfance : Le Magi­cien d’Oz, Annie, Les Demoi­selles de Rochefort, tous les Walt Dis­ney… Vous avez une autre ques­tion moins dif­fi­cile, peut-être ?

Le rôle que je rêve d’interpréter : Eliza dans My Fair Lady, Epo­nine dans Les Mis­érables, Sophie dans Mam­ma Mia… et beau­coup trop d’autres.

La per­son­ne avec qui je rêve de tra­vailler : Pedro Almod­ovar ; en plus, je suis sûr qu’il serait un fab­uleux met­teur en scène pour une comédie musi­cale ! Agnès Boury, car je suis une fan totale de Panique à bord, Jérôme Savary car L’his­toire du cochon qui voulait maigrir pour épouser Cochon­nette a enchan­té ma petite enfance…

Trois adjec­tifs qui me décrivent : mutine, nerveuse, perfectionniste.

Ques­tion posée par la précé­dente vic­time de Ze Inter­roga­toire, Esther Ter­raz : Quelle est la sit­u­a­tion la plus humiliante que tu as vécue sur scène ?
A une répéti­tion de Mozart l’Opéra rock, où je dou­ble le per­son­nage de Con­stance Mozart (inter­prétée par Claire Pérot), mes cos­tumes n’é­taient pas encore prêts donc j’ai mis les siens… et mes seins sont passés par dessus le corset pen­dant le filage !

La ques­tion que je pose à la prochaine vic­time de Ze inter­roga­toire : Quel est le rôle que tu ne voudrais inter­préter pour rien au monde ? (ah ah,  pas facile !)

Ma devise : Aide toi, le ciel t’aidera.