Dernière ligne droite pour La Belle et la Bête

0
304

Finbelle-bete-mogador juil­let le rideau tombera défini­tive­ment sur la créa­tion française de La Belle et la Bête à Mogador. Un suc­cès incon­testable, nom­mé pour les Molière du théâtre musi­cal, avec plus de 300 000 spec­ta­teurs pour ce spec­ta­cle haut en couleur, ryth­mé et mali­cieux, très prisé du jeune pub­lic. Ne voit-on pas de nom­breuses petites filles habil­lées en Belle arriv­er au théâtre (on dénom­bre beau­coup moins de garçons déguisés en Bête !). Avec ses 32 artistes sur scènes, autant de tech­ni­ciens en coulisse et sept musi­ciens, le château de la bête, le vil­lage de Belle pren­nent vie durant les 8 représen­ta­tions heb­do­madaires. Les enfants écar­quil­lent leurs yeux devant la féerie, les par­ents s’émeu­vent en écoutant la voix de Cather­ine Deneuve ouvrir ce joli con­te. Et, si l’his­toire d’amour de Belle et de la bête reste au cen­tre du réc­it, le pub­lic est touché par l’in­trigue sec­ondaire : celle qui voit les habi­tants du château se trans­former peu à peu en objets. L’idée est belle, la réal­i­sa­tion soignée. Et l’empathie envers ces per­son­nages est d’au­tant plus forte qu’ils ne man­quent pas d’hu­mour, bien au con­traire. Par­mi eux Big Ben, inter­prété par David Eguren, nous livre ses impres­sions pour cette dernière ligne droite. Sa pen­d­ule mar­que les heures et les min­utes, celles qui nous sépar­ent de l’ul­time représen­ta­tion, qui se déroulera dimanche 27 juillet.

Big Ben & Lumière © Brinkhoff & Mîgenburg
Big Ben & Lumière © Brinkhoff & Mîgenburg

« C’est tou­jours un pince­ment au cœur de quit­ter un per­son­nage et plus on inter­prète, plus on incar­ne longtemps son per­son­nage plus ce ce pince­ment devient un déchire­ment. Bien­tôt je m’ap­prête à dire « au revoir » à Big Ben et je sais que je le ferai avec émo­tion; cepen­dant mon émo­tion sera encore plus grande de dire « au revoir » à toute cette troupe d’artistes tal­entueux et de tech­ni­ciens con­scien­cieux qui ont fait vivre le château et le vil­lage avec toute leur pas­sion et tout leur cœur. C’est à cette troupe (cos­mopo­lite) que je veux ren­dre hom­mage dans ces quelques lignes. Mes amis: Big Ben, votre major­dome en chef est fier de vous! Haut les cœurs et con­tin­uez à faire rêver les publics du monde entier! Ils ont besoin de vous ».

Il reste des places, des pro­mo­tions sont égale­ment pro­posées. Pour en savoir plus, vis­itez le site du spec­ta­cle.