Dans l’ombre de Mary (Critique)

0
475

danslombredemaryUn film de John Lee Hook­er (Sav­ing Mr Banks)

Ecrit par Kel­ly Mar­cel et Sue Smith

avec Emma Thomp­son, Tom Han­ks, Col­in Far­rell, Ruth Wil­son, Rachel Griffiths,…

Musique : Thomas Newman

sor­tie le 5 mars 2014

Lorsque les filles de Walt Dis­ney le sup­plient d’adapter au ciné­ma leur livre préféré, Mary Pop­pins, celui-ci leur fait une promesse… qu’il met­tra vingt ans à tenir !

Dans sa quête pour obtenir les droits d’adaptation du roman, Walt Dis­ney va se heurter à l’auteure, Pamela Lyn­don Tra­vers, femme têtue et inflex­i­ble qui n’a aucune­ment l’intention de laiss­er son héroïne bien aimée se faire malmen­er par la machine hol­ly­woo­d­i­enne. Mais quand les ventes du livre com­men­cent à se raré­fi­er et que l’argent vient à man­quer, elle accepte à con­tre­coeur de se ren­dre à Los Ange­les pour enten­dre ce que Dis­ney a imaginé…

Au cours de deux semaines intens­es en 1961, Walt Dis­ney va se démen­er pour con­va­in­cre la roman­cière. Armé de ses sto­ry-boards bour­rés d’imagination et des chan­sons pleines d’entrain com­posées par les tal­entueux frères Sher­man, il jette toutes ses forces dans l’offensive, mais l’ombrageuse auteure ne cède pas. Impuis­sant, il voit peu à peu le pro­jet lui échapper…

Ce n’est qu’en cher­chant dans le passé de P.L. Tra­vers, et plus par­ti­c­ulière­ment dans son enfance, qu’il va décou­vrir la vérité sur les fan­tômes qui la hantent. Ensem­ble, ils finiront par créer l’un des films les plus inou­bli­ables de l’histoire du 7ème art…

Notre avis : Si vous souhaitez con­naître la genèse de ce film qui enchan­ta des mil­lions d’en­fants (et de par­ents) et dont sort la ver­sion blu-ray, ce long métrage est fait pour vous. A l’heure où elle fait ses pre­miers pas dans le musi­cal Sweeney Todd à New York, Emma Thomp­son incar­ne, de manière magis­trale et touchante, l’au­teur P.L Tra­vers et son com­bat pour que le pre­mier de ses huit livres ayant pour héroïne Mary Pop­pins, heureuse­ment un peu moins âpre que leur auteur, soit trans­posé dans l’u­nivers enchan­té de Dis­ney. Allergique à la comédie musi­cale autant qu’au dessin ani­mé, les auteurs et com­pos­i­teurs auront bien du mal à con­va­in­cre l’ir­ras­ci­ble auteur venue de Lon­dres pour veiller sur son oeu­vre, met­tant toute son atten­tion à met­tre divers bâtons dans les roues des infor­tunés frères Sher­man (auquel le film rend hom­mage). Bâti sur une dou­ble linéar­ité : celle de l’adap­ta­tion et celle de l’en­fance de P.L Tra­vers, ce long métrage offre un éclairage sur cette femme sèche, rude, en dévoilant la grande blessure de son enfance aus­trali­enne. Si les scènes de flash-back restent en deça des séquences qui mon­trent les séances de tra­vail et le con­flit qui oppose l’écrivain et le busi­ness­man, le film n’en demeure pas moins fort intéres­sant. En out­re Walt Dis­ney n’est pas for­cé­ment mon­tré à son avan­tage : il appa­rait comme manip­u­la­teur, rel­a­tive­ment fourbe et prêt à beau­coup pour arriv­er à ses fins. Décou­vrir l’u­nivers des stu­dios Dis­ney durant les années 60, sorte de grosse machine bien huilée se révèle plutôt pas­sion­nant. Le film, nour­ri de divers­es séquences amu­santes (P.L Tra­vers décou­vre sa cham­bre d’hô­tel rem­plie à ras bord de peluches de Mick­ey et autres per­son­nages de dessins ani­més), mais aus­si touchante (l’au­teur se lie d’ami­tié avec le chauf­feur, seule per­son­ne qu’elle con­sid­ère comme le seul homme hon­nête de L.A), voilà un long métrage qui, sans pour autant met­tre à mal l’empire Dis­ney (qui le pro­duit) par un regard trop cri­tique, offre une belle réflex­ion sur la créa­tion, sur la manière de s’ap­pro­prier une oeu­vre et la trans­former, inclu­ant les névros­es de l’au­teur (il faut bien sauver M. Banks, comme l’indique le titre orig­i­nal du film et nous com­pren­drons pourquoi). Et, une fois encore, ne serait-ce que pour Emma Thomp­son, ce film mérite d’être vu ! Si vous restez durant le générique de fin vous pour­rez enten­dre un doc­u­ment intéres­sant : une vraie séance de tra­vail entre P.L Tra­vers et les auteurs — puisqu’elle les fai­sait sys­té­ma­tique­ment enreg­istr­er ! -. En revanche ne vous atten­dez pas à voir Mary Pop­pins atter­rir avec son célèbre para­pluie per­ro­quet : cette oeu­vre ne fait qu’évo­quer le long métrage, recon­sti­tu­ant par exem­ple la soirée de pre­mière à laque­lle se ren­dra P.L Tra­vers. Sera-t-elle, au final, touchée par le film qu’elle décou­vri­ra ? Pour le savoir, allez voir Dans l’om­bre de Mary.

Nous vous con­seil­lons d’é­couter l’émis­sion que Thier­ry Lebon a con­sacré à l’édi­tion Blu-ray de Mary Pop­pins. Trente min­utes pas­sion­nantes avec pour invité Patrick Niedo.