Daniel Lavoie — Question de flair !

0
104
Daniel Lavoie ©Regard en Coulisse
Daniel Lavoie ©Regard en Coulisse

Faites con­fi­ance à Daniel Lavoie pour devin­er le bon « coup » qui se pro­file à l’hori­zon : après une quin­zaine d’al­bums et des mil­lions de dis­ques ven­dus, il est nor­mal qu’il ait eu du flair quand Luc Pla­m­on­don lui a par­lé de son pro­jet d’adap­ta­tion du roman de Vic­tor Hugo… « Je me suis tout de suite dit que ça sen­tait bon », explique-t-il aujour­d’hui. « J’avais juste­ment envie de faire autre chose, de me lancer un nou­veau défi. Mais bien sûr, de là à imag­in­er un tel suc­cès… Le pre­mier soir, on avait tous le trac, on était très stressés à l’idée de savoir com­ment ‘ils’ allaient réa­gir… Mais depuis qu’on a décol­lé, on vole sans atter­rir, on n’a pas eu le temps de regarder une seule fois en arrière ! ».

Un rôle lourd à porter
Si le spec­ta­cle a con­sti­tué un trem­plin excep­tion­nel pour ceux de la troupe qu’il appelle affectueuse­ment les « jeunes », pour lui, après des années de suc­cès dans la chan­son, le défi était ailleurs. « On leur offre le monde, c’est for­mi­da­ble. Mais pour moi, c’est dif­férent. Je voulais faire quelque chose que je n’avais jamais fait, être acteur. J’ai trou­vé l’idée de jouer un prêtre très drôle. Et un méchant de sur­croît, ce qui ne cor­re­spond pas à mon car­ac­tère », pré­cise-t-il avec un franc sourire, comme pour soulign­er l’év­i­dence. Mais tous les acteurs vous le diront, les méchants c’est ce qu’il y a de plus jouis­sif à interpréter !

Pour­tant, après plus d’un an, on sent que son plaisir s’est, sinon émoussé, du moins pro­fondé­ment trans­for­mé. « Finale­ment, c’est beau­coup moins amu­sant que je croy­ais. C’est très épuisant parce que lourd à porter. Je ne le savais pas mais un rôle peut finir par vous bouf­fer, vous squat­ter. Un acteur peut devenir l’in­stru­ment de son per­son­nage ». Pour y échap­per, il a beau­coup intel­lec­tu­al­isé sa rela­tion à Frol­lo afin que ce dernier reste bien « sa » créa­ture. « Il est pathé­tique, mal­heureux. Il a élevé Qua­si­mo­do et lui a don­né de l’amour. Ce n’est donc pas un être unique­ment méchant, ce ne serait pas crédi­ble. Sim­ple­ment, il ne con­trôle pas cette pas­sion pour la bohémi­enne, pas­sion qui le bouffe ».

Notre Dame de Londres
Désor­mais, il aspire à pren­dre un peu de champ. Quand on lui demande ce qu’il va faire main­tenant qu’Her­bert Léonard a repris le rôle en alter­nance, il avoue : « Je ne sais pas ! Je tra­vaille déjà depuis trois ou qua­tre ans sur un disque, sur des chan­sons très per­son­nelles. Je vais pou­voir m’y remet­tre main­tenant que je dis­pose de plus de temps. Mais j’y vais un peu à tâtons, j’ai envie de choisir ce qui m’in­téresse vrai­ment ».

Que ses fans se ras­surent. Il ne s’ag­it pour­tant pas pour lui de tourn­er la page, du moins pas tout de suite. « C’est vrai », recon­naît-il, « je vais faire par­tie de la dis­tri­b­u­tion du spec­ta­cle en Angleterre [en mai-juin 2000]. Quelles portes cela va-t-il nous ouvrir ? Je n’en sais rien encore mais c’est quelque chose qui m’in­téresse. Je n’avais encore jamais tra­vail­lé à Lon­dres ». Et d’avouer qu’il ne dirait pas non à une escapade améri­caine si, d’aven­ture, le show se mon­tait à Broad­way : « Pourquoi pas ? J’adore New York ! ».

Quel sort attend la ver­sion anglaise de Notre Dame de Paris ? Les musi­cals hexag­o­naux qui ont fait car­rière dans le monde entier ne sont pas légion — on pense bien sûr aux Mis­érables, mer­ci Vic­tor Hugo ! — mais Daniel Lavoie y croit : « Il n’y a pas une expli­ca­tion au suc­cès de ce spec­ta­cle, il y en a au moins deux cents. Et tout le monde est touché. Tous les pro­duc­teurs étrangers qui l’ont vu sans par­ler ni même com­pren­dre le français sont sor­tis boulever­sés par l’é­mo­tion qui se dégage de la salle ».

Il y a trois ans, quand Pla­m­on­don fai­sait le tour de la pro­fes­sion pour con­va­in­cre de la via­bil­ité de son pro­jet Notre Dame de Paris, ils étaient bien peu à avoir eu l’in­tu­ition de Daniel Lavoie. On saura bien­tôt s’il a tou­jours autant de flair.