Canada — « Curtains » (Critique)

    0
    114

    Livret : Rupert Holmes
    Musique : John Kander
    Paroles : Fred Ebb
    Livret orig­i­nal et con­cep­tion : Peter Stone
    Mise en scène : Bob Bachelor
    Direc­tion musi­cale : Jean-François Trudel

    Dis­tri­b­u­tion :
    Adam Gal­lay, Angela Mur­phy, Nan­cy Stew­art, Kevin Kibbey, Raina Ebel, Jonathan Eidel­man, Alan Switzer, Ben­jamin Warn­er, Natal­ie McLen­nan, Lynne Chlala, Chris Maragoudakis, Fred Sar­li, Hélène Char­bon­neau, Jean-François Par­adis, Richard Kal­los, Brad Cameron, Lau­rie-Anne Jean-Bap­tiste, Hol­li Mendel.

    Ensem­ble :
    Emi­lie Cassi­ni, Patrick Bernard, Glo­ria Aronoff, Robert Brazeau, Jus­tine Bell, Geordie Buch-Frol­ich, Lin­da Cre­gan, Ian Burke, Geneviève Blanchette, Fred Gagnon, Lau­ra Bryan, Alexan­dre Girard, Karen Cassi­ni, Arlene Hyland, Élaine Sal­vail, Mar­cel Lam­oureux, Mar­i­an Morkill, Shy Shalev, Lau­rie Ney­smith, Sue Pow­er, Yami­la Scarone Azzi, Mar­lene Schwartz, Ster­ling Tip­ton, Manon Vail­lan­court, Janet Wright, Annie Jenkins.

    Notre avis :
    C’est dans un théâtre fraîche­ment rénové que les « Lyric The­atre Singers » — une troupe de plus de quar­ante inter­prètes et un orchestre de treize musi­ciens — ont offert leur pre­mière pro­duc­tion avec livret au lieu de leur tra­di­tion­nel « con­cert ». Leur choix s’est arrêté sur Cur­tains, la créa­tion de Rupert Holmes (livret), Fred Ebb (paroles) et John Kan­der (musique) : un choix judi­cieux pour cette troupe. La comédie musi­cale Cur­tains, peu con­nue du pub­lic québé­cois, offre une diver­sité du côté musi­cal et mérite d’être découverte.

    Cur­tains pos­sède un livret des plus mer­veilleux et une musique aux accents quelque peu « coun­try », excep­tion­nelle­ment mélodieuse, accom­pa­g­nés d’une troupe qui nous livre une presta­tion épous­tou­flante. En effet, un tra­vail colos­sal a été effec­tué par le met­teur en scène Bob Bach­e­lor pour trans­former ce « chœur » en une troupe de comédie musi­cale et le résul­tat est ren­ver­sant. On ressent grande­ment l’harmonie qui règne au sein de cette équipe ain­si que l’enthousiasme de cha­cun — par­ti­c­ulière­ment lors des numéros de groupe — pour faire de cette pièce une réus­site et ce, mal­gré quelques prob­lèmes sonores récur­rents. On doit soulign­er les per­for­mances excep­tion­nelles de deux mem­bres des « Lyric The­atre Singers » — Nan­cy Stew­ard — qui nous offre une presta­tion des plus trou­blantes dans son rôle de Car­men Bern­stein, la copro­duc­trice, et Ben­jamin Warn­er – Bob­by – qui est un vrai pluridis­ci­plinaire et qu’on espère revoir très bien­tôt sur scène.

    Une atten­tion par­ti­c­ulière a été portée aux cos­tumes ain­si qu’aux décors – réels – d’arrière-scène. Il faut dire que Cur­tains se passe dans les couliss­es de la comédie musi­cale Robin Hood of the Old West, mau­vaise adap­ta­tion de l’histoire de Robin des Bois. Dans le pre­mier rôle féminin, Jes­si­ca Cran­shaw est assuré­ment dénuée de tal­ent : elle ne sait ni chanter, ni bouger, ni danser, ni même se sou­venir de son texte. Au grand soulage­ment de tous, elle est assas­s­inée pen­dant la soirée d’ouverture ! Le lieu­tenant Frank Ciof­fi est appelé pour résoudre l’homicide. Esti­mant que l’auteur est encore dans le bâti­ment, il enferme l’ensemble des suspects.

    Cur­tains est un spec­ta­cle à décou­vrir. Vous ne saurez résis­ter à ce mélange de meurtre et de mys­tère « à la Agatha Christie », avec un soupçon musi­cal : vous aus­si tomberez sous le charme !