Cousins comme cochons (Critique)

0
231

cousins-comme-cochonsPar la troupe à Palmade.
Spec­ta­cle écrit et com­posé par : Nico­las Lumbreras.
Avec : Emmanuelle Bougerol, Christophe Canard, Con­stance Car­relet, Johann Dion­net, Lionel Erdo­gan, Ben­jamin Gau­thi­er, Nico­las Lum­br­eras, Rudy Mil­stein ou Yann Papin.

Résumé : Cousins Comme Cochons, c’est une nou­velle recette de la Troupe à Pal­made : Une louche de Comédie musi­cale dans une soupière de Vaude­ville. Comme tous les mer­cre­di, Mon­sieur Féli­cien de Tar­tasse part à la chas­se de 14h à 18h, et pen­dant ce temps là, comme tous les mer­cre­di, Luci­enne de Tar­tasse, sa femme, reçoit son amant. Seule­ment ce jour-là, Mon­sieur décide de ren­tr­er deux heures plus tôt que prévu…

Notre avis : Avec cette comédie boule­var­do-vaude­vilo-musi­cale, comme elle la surnomme elle-même, la troupe à Pal­made nous offre un con­cen­tré de bonne humeur. En suiv­ant la trame clas­sique du vaude­ville, les comé­di­ens ont écrit un spec­ta­cle très drôle qui s’amuse des codes de la comédie de boule­vard et de la comédie musi­cale. On retrou­ve tous les clichés des deux gen­res : le mari, la femme, l’amant dans le plac­ard, la domes­tique gaffeuse, les per­son­nages qui poussent la chan­son­nette pour un oui ou pour un non, les choré­gra­phies hyper syn­chro­nisées… par­o­diés dans une mise en scène sim­ple et effi­cace dans laque­lle les sit­u­a­tions s’enchaînent sans temps mort.

Les mélodies sans être par­ti­c­ulière­ment recher­chées sont très agréables et sont soutenues par un accom­pa­g­ne­ment au piano très dynamique de Nico­las Lum­br­eras. Les faib­less­es vocales sont com­pen­sées par une inter­pré­ta­tion très investie. Tous les comé­di­ens sont d’une pré­ci­sion remar­quable dans leur jeu et dans leurs mou­ve­ments et assurent ain­si une grande effi­cac­ité dans les effets comiques. La plus grande trou­vaille est sans doute la chan­son du sourd-muet (!!!), moment totale­ment absurde et hila­rant remar­quable­ment inter­prété par Rudy Mil­stein. On regret­tera juste une chute qui tombe comme un cheveu sur la soupe et qui clôt le spec­ta­cle de manière un peu trop abrupte.