Company (2006)

0
114

Cette pro­duc­tion de Com­pa­ny du met­teur en scène John Doyle sus­cit­era bien des com­men­taires. Car le par­ti pris d’une dis­tri­b­u­tion de musi­ciens chanteurs laisse per­plexe au début : la par­ti­tion sera-t-elle cor­recte­ment jouée et chan­tée simul­tané­ment ? Les voix seront-elles à la hau­teur ? Et bien le résul­tat con­firme une par­tie des craintes, mais l’au­dace du traite­ment parvient à une justesse inat­ten­due. Le résul­tat appa­raît plutôt équili­bré à défaut d’être brillant.

Le céli­bataire Bob­by va avoir 35 ans et ses amis mar­iés lui pré­par­ent une petite fête, chaque scène est une démon­stra­tion des vicis­si­tudes de la vie de cou­ple. L’in­ter­pré­ta­tion des artistes aux vis­ages incon­nus de ce côté de l’At­lan­tique et mani­ant leurs instru­ments con­fère un brin de folie sur la scène. C’est par­fois pataud, car il n’est pas aisé de promen­er un vio­lon­celle. De même souf­fler dans une flûte pen­dant un refrain tient de l’ex­ploit sportif. Mais une fois la per­plex­ité ini­tiale sur­mon­tée, on se laisse emporter par ce tout, sans s’ar­rêter aux imper­fec­tions. Les per­son­nages devi­en­nent réelle­ment attachants. Dans ces con­di­tions, ce spec­ta­cle incon­testable­ment orig­i­nal apporte sat­is­fac­tion, il est aidé par un Raul Esparza charmeur et convaincant.

Cette cap­ta­tion vidéo d’un musi­cal signé Stephen Sond­heim est de très bonne qual­ité pour un spec­ta­cle vivant. De tels enreg­istrements sont encore trop rares pour faire la fine bouche et ce Com­pa­ny vien­dra volon­tiers com­pléter ceux déjà exis­tants et que les fans con­nais­sent : Fol­lies en Con­cert, Sweeney Todd, Sun­day in the Park with George, Into the Woods, Passion

Com­pa­ny est un musi­cal créé en 1970. Cette pro­duc­tion a été récom­pen­sée en 2006 d’un Tony de meilleure reprise de Broadway.