Cinéma (Critique)

0
289

Prochain et pre­mier spec­ta­cle du col­lec­tif Suzanne&Louise
Texte et mise en scène: Elisa Bernard
Avec: Alexan­dra Lacroix (Tzat­sa la Cap­i­taine, Citoyenne A), Guil­laume Mar­tinet (l’Ouvreur, Bigleux, Pan­ta, un Clochard),Quentin Ripoll (Rudy Pro, Laza Iova, un Sol­dat), Héloïse Zahe­di (Citoyenne B, Mara, le Procureur)
Vio­lon: Léa Robert / Gui­tare: Line Poensin-Cail­lat / Per­cus­sions: Bap­tiste Chambrion
Réal­i­sa­tion visuelle et tech­nique: Théo Douziech

« Mes­dames et Messieurs bon­soir. Bien­v­enue au ciné­ma! Ça va bien­tôt com­mencer, ça va bien­tôt être là. Je vais entamer la séance envous lisant le manuel des Mesures à pren­dre et manières d’agir en cas de cir­con­stances excep­tion­nelles même si je crois qu’il ne se passera rien de foli­chon ce soir, comme tous les soirs d’ailleurs… »

Notre avis :

Le spec­ta­cle Ciné­ma est la pre­mière créa­tion du col­lec­tif Suzanne&Louise. La pièce s’in­spire du roman de Goran Petro­vic Sous un ciel qui s’é­caille. L’œu­vre présente l’his­toire d’un ciné­ma en Ser­bie et celle des per­son­nages qui l’ont fait naître et vivre au cours des décen­nies, avec leurs lots de ten­sions poli­tiques, sociales et mil­i­taires. Ce ciné­ma sera notam­ment dans le col­li­ma­teur des autorités pour son car­ac­tère par­fois jugé sub­ver­sif. Mal­gré ce con­texte, Ciné­ma ne som­bre pas dans la morosité grâce au ton drôle et léger de plusieurs tableaux.

Le col­lec­tif Suzanne&Louise est com­posé de jeunes artistes pluridis­ci­plinaires et sait tir­er par­ti de leurs atouts respec­tifs. Le pub­lic est accueil­li en musique par un beau trio d’artistes (vio­lon, gui­tares, claviers) qui inter­vient régulière­ment dans le cours de l’his­toire, soit dans des séquences instru­men­tales soit dans des tableaux chan­tés. On appréciera notam­ment de beaux clins d’œil au ciné­ma val­orisé par Jacques Demy et Michel Legrand. Les comé­di­ens défend­ent avec ent­hou­si­asme leurs per­son­nages au car­ac­tère pas­sion­né et attachant. Ciné­ma fait égale­ment la part belle aux pro­jec­tions vidéos et aux ombres chi­nois­es, créant un ensem­ble séduisant et ambitieux pour un pre­mier spec­ta­cle. Joué dans la ville des frères Lumière (Lyon) pen­dant le fes­ti­val de Cannes, Ciné­ma est une bonne sur­prise en cette fin de sai­son 2013–2014.