Cendrillon (Critique)

0
283

CendrillonCom­pag­nie La Belle Etoile
Inter­prètes: Blan­dine Gri­ot, Elise Moussion
Mise en scène: Cyril Griot
Créa­tion lumière: Fabi­en Andrieux
Cos­tumes, décors: Lysiane Griot
Adap­ta­tion: Blan­dine Gri­ot, Elise Moussion

Il était une fois, une jeune fille qui souf­frait dans sa nou­velle famille : sa belle-mère et sa demi-sœur la tyran­ni­saient. Elle rêvait d’une autre vie, mais com­ment faire pour accéder à la lib­erté? Avec de la magie! et aus­si du courage.
Ce spec­ta­cle est une adap­ta­tion libre du con­te de Charles Per­rault, où domi­nent la féérie et la musique. Mais ici, une fin nou­velle et orig­i­nale met l’ac­cent sur la trans­for­ma­tion des per­son­nages. Toutes les chrysalides se méta­mor­pho­sent un jour en beaux papillons…

Notre avis :

Cen­drillon fait par­tie des grands clas­siques dont l’his­toire est bien con­nue mais la com­pag­nie La Belle Étoile lui donne un tout nou­veau vis­age. Blan­dine Gri­ot et Élise Mous­sion sont seules en scène pour inter­préter le con­te. Cette ver­sion est recen­trée plus par­ti­c­ulière­ment sur la rela­tion entre Cen­drillon et sa demi-sœur, même si le per­son­nage de la marâtre est bien présent, tan­tôt physique­ment tan­tôt en « voix off ». L’in­ter­ven­tion de la fée et la scène du bal sont quant à elles présen­tées sous formes d’om­bres chi­nois­es sobres et élégantes.

Cette relec­ture de Cen­drillon fait par ailleurs la part belle au chant lyrique. Les deux comé­di­ennes-chanteuses inter­prè­tent en effet des airs de l’opéra Cen­drillon de Jules Massenet. Ce choix a pri­ori sur­prenant pour un spec­ta­cle des­tiné au jeune pub­lic s’avère être con­clu­ant. En out­re, le spec­ta­teur — petit ou grand — pen­sant con­naître à l’a­vance la fin de l’his­toire sera bien sur­pris ! La troupe laisse en effet les per­son­nages chang­er le cours des événe­ments, avec une vision tranchée de ce qu’ils souhait­ent réelle­ment vivre. Con­traire­ment à ce que l’on aurait pu sup­pos­er, cette Cen­drillon dépasse bel et bien les codes des con­tes mer­veilleux avec une forme de moder­nité appréciable.