Canada — The Producers (Critique)

0
143
Elan Kunin (Franz Liebkind), Mikey Samra (Leo Bloom) et Sam Stein (Max Bialystock)  © Andrée Lanthier
Elan Kunin (Franz Liebkind), Mikey Sam­ra (Leo Bloom) et Sam Stein (Max Bia­ly­stock) © Andrée Lanthier

Livret : Mel Brooks et Thomas Meehan
Parole et musique : Mel Brooks
Mise en scène de la pro­duc­tion orig­i­nale :  Susan Stroman
Choré­gra­phies orig­i­nales : Susan Stroman
Mise en scène : Anisa Cameron
Direc­tion Musi­cale : Nick Burgess
Choré­gra­phies : Jonathan Patterson
Tra­duc­tion : Miri­am Hoff­man, Raizel Can­dib et Aron Gonshor

Musi­ciens :
Nick Burgess, Daniel Fuchs, Beth McKen­na, Paul Carter, Frédéric Bourgeault, Mike De Masi, Peter Colantono.

Dis­tri­b­u­tion :
Stephen Booth, Sam Bouch­er, Her­bert Brown­stein, Mitchell Brown­stein, Arielle Buch-Frohlich, Danielle Buch, Toby Clark, Bai­ley Cohen-Krichevsky, Chloé Edwards, Paula Wolf­man Frank , Janet Gar­maise, Annabel Gutherz, Helen Gwiaz­da, Nico­la Hanchet, Renée Hod­gins, Amber Jonas, Kassie Kar­dos, Judy Kenigs­berg, Bet­ty Kis Mar­er, Ryan Klig­man, Nao­mi Kra­j­den, Elan Kunin, Emma Loer­ick, Gabriel Mahar­jan, Jeanne Motul­sky, Jonathan Pat­ter­son, Karyn Pel­lat-Caron, Jon­ah Press­er, Robert Press­er, Stephen MaClean Rogers, Alisha Ruiss, Mikey Sam­ra, Bran­don Schwartz, Han­nah Shef­fren, Bev­er­ley Sil­ver­man, Ken­ny Stein, Sam Stein, Ari Ster­lin, Miran­da Tuwaig, Cori­na Vincelli

Basé sur le film récom­pen­sé aux Oscars en 1968, The Pro­duc­ers trace les péripéties de Max Bia­ly­stock, un pro­duc­teur malchanceux de Broad­way, et son sym­pa­thique compt­able Leo Bloom. Tous deux envis­agent d’ar­na­quer leurs com­man­di­taires en cau­sant le plus célèbre fias­co de l’his­toire. Cepen­dant, les choses ne vont pas comme prévu : le spec­ta­cle rem­porte un suc­cès foudroy­ant ! Avec son mélange sub­ver­sif de per­son­nages excen­triques et de chan­sons entraî­nantes, The Pro­duc­ers est l’un des spec­ta­cles de Broad­way les plus pop­u­laires de tous les temps, fra­cas­sant des records aux Tony Awards en raflant des prix dans les 12 caté­gories aux­quelles il était nom­iné, inclu­ant celui de la Meilleure comédie musicale.

Jonathan Patterson (Roger Elizabeth De Bris) © Andrée Lanthier
Jonathan Pat­ter­son (Roger Eliz­a­beth De Bris) © Andrée Lanthier

En yid­dish, avec sur­titres en français et en anglais

Notre avis :
Pour la dernière pièce de la sai­son, le Cen­tre Segal nous a offert un spec­ta­cle ironique, drôle, par­fait.… The Pro­duc­ers !

Pro­pos­er une pièce en yid­dish et faire en sorte que la moitié de la salle com­prenne toute la sub­til­ité des textes était tout un défi pour le Dora Waser­man The­ater. Ils ont décidé de présen­ter des sur­titres aus­si bien en anglais qu’en français, sur un écran au-dessus de la scène ou bien par­fois directe­ment sur le rideau rouge de la scène. Autre défi pour cette comédie musi­cale : offrir une pièce de qual­ité supérieure pour ren­dre hom­mage à Mel Brooks. Pari réus­si haut la main.

The Pro­duc­ers peut compter sur de très bons musi­ciens (menés d’une main de maître par le directeur musi­cal Nick Burgess) ain­si que sur le Côte Saint-Luc Dra­mat­ic Soci­ety qui com­pose en majorité l’ensem­ble et les danseurs du spec­ta­cle. Mais celui qui fait que The Pro­duc­ers soit un spec­ta­cle à voir est sans aucun doute Mel Brooks ! Ses textes raf­finés bour­rés d’hu­mour et de phras­es à dou­ble sens font pass­er un très bon moment au pub­lic qui rit à gorge déployée. De plus, pour élever ce spec­ta­cle à un niveau supérieur, la pro­duc­tion peut compter sur un tal­ent inné : Sam Stein ! Quel tal­ent ! À croire que le rôle du pro­duc­teur véreux a été écrit pour lui. Sa présence sur scène, son jeu, sa voix et son sens de la répar­tie font de lui un excel­lent Max Bia­ly­stock. Son com­pagnon de scène, Mikey Sam­ra (Leo Bloom), pour sa part, est un acteur aux mul­ti­ples vis­ages. En effet, avec ses seules mim­iques faciales, nul besoin de con­naître le yid­dish pour com­pren­dre ses émo­tions de colère, de joie et d’an­goisse. Alisha Ruiss (Ulla), avec sa voix puis­sante, offre une presta­tion plus que par­faite. Autant son jeu que sa présence sur scène nous enchantent. A lui seul, ce trio vaut large­ment le déplacement.

On doit not­er les per­for­mances extra­or­di­naires des trois autres « piliers » de The Pro­duc­ers. Elan Kunin offre un Franz Liebkind saugrenu et cocasse. Nous avons eu droit à un moment inou­bli­able lors de sa per­for­mance de « Der Guten Tag Hop Clop ». Son délire sur cette chan­son avec en prime des pigeons ani­més font crouler de rire le pub­lic qui en rede­mande. Ensuite, Jonathan Pat­ter­son (Roger Eliz­a­beth De Bris), en met­teur en scène gay, est tout sim­ple­ment mer­veilleux. Ses cos­tumes haut en couleur, ses pas de danse et son humour espiè­gle font de ce per­son­nage une per­le du bur­lesque. Men­tion très spé­ciale à Ryan Klig­man (Car­men Ghia) — le parte­naire de vie de De Bris — qui représente tous les clichés véhiculés envers les gays… et c’est un régal !

Sam Stein (Max Bialystock), Alisha Ruiss (Ulla) et Mikey Samra (Leo Bloom) © Andrée Lanthier
Sam Stein (Max Bia­ly­stock), Alisha Ruiss (Ulla) et Mikey Sam­ra (Leo Bloom) © Andrée Lanthier

The Pro­duc­ers béné­fi­cie de décors sim­ples mais fonc­tion­nels et la pro­duc­tion a mis le paquet sur les cos­tumes qui sont flam­boy­ants. Jonathan Pat­ter­son a fait un tra­vail remar­quable sur les choré­gra­phies. Ce spec­ta­cle peut compter sur de très bons numéros et cer­tains sor­tent du lot comme « Keep It Gay », « Along Came Bialy » , « The Guten Tag Hop Clop » et l’in­croy­able numéro  » Spring­time for Hitler’, qui, à notre avis, est un des meilleurs du spectacle.

On peut penser que le fait que The Pro­duc­ers soit présen­té en yid­dish soit un frein au plaisir ou à la réus­site de ce spec­ta­cle ! Bien au con­traire, cette saveur apporte un renou­veau au spec­ta­cle. Le Cen­tre Segal a très bien choisi sa pièce pour ter­min­er sa sai­son… La barre sera haute pour la sai­son 2016–2017 !