Canada — I Love You, You’re Perfect, Now Change (Critique)

0
112
La troupe de I Love you, You're Perfect... Now Change ! © Andrée Lanthier
La troupe de I Love you, You’re Per­fect… Now Change ! © Andrée Lan­thi­er

Paroles et livret : Joe Dip­i­etro
Musique : Jim­my Roberts
Pro­duite orig­i­nale­ment à New York par James Ham­mer­stein, Bernie Kukoff et Jonathan Pol­land
Mise en scène orig­i­nale : Joel Bishoff
Pro­duite orig­i­nale­ment par : The Amer­i­can Stage Com­pa­ny
Mise en scène : Wade Lynch

Dis­tri­b­u­tion :
Stef­fi DiDomeni­can­to­nio, Will Lam­ond, Adri­an Marchuk, Tringa Rex­hepi

Amour et mariage font rarement bon ménage… Cette comédie musi­cale Off-Broad­way incroy­able­ment pop­u­laire se moque habile­ment des nom­breux états d’âme, étapes et écueils des rela­tions amoureuses que ce soit la ner­vosité d’une pre­mière ren­con­tre ou les affec­tions du foy­er de retraite. Avec humour et imag­i­na­tion, par le biais de sketchs et de chan­sons, on nous assure que l’amour est vrai­ment aus­si désor­don­né, sur­prenant, exas­pérant et absurde (mais tou­jours aus­si incon­tourn­able) que nous nous l’imaginons.

Notre avis :
I Love You, You’re Per­fect, Now Change, a eu droit à sa pre­mière mon­tréalaise, le 12 mai dernier et, pour notre plus grand plaisir, c’est une réus­site !

Comédie musi­cale de Joe Dip­i­etro (livret) et de Jim­my Roberts (musique), I Love You, You’re Per­fect, Now Change nous trans­porte dans un monde d’amour de toutes sortes en nous racon­tant quelques petites his­toires, sans aucun lien entre elles, et on aime ça. Ces petits « sketchs » écrits voilà déjà quelques années sont d’une réal­ité sai­sis­sante ; il faut dire que les ren­con­tres d’au­jour­d’hui n’ont rien de très dif­férent des autres épo­ques… à part peut-être la tech­nolo­gie.

Pour bien débuter ce spec­ta­cle, l’au­teur a mis en avant le jeu des acteurs — qua­tre inter­prètes soit deux femmes et deux hommes — qui se changent « live » sur scène, dans le tableau « Can­ta­ta For A First Date ».

Voilà ! La glace est cassée : on peut main­tenant se déten­dre dans notre siège et se pré­par­er à com­par­er nos pro­pres ren­con­tres ou his­toires d’amour à celles de l’au­teur et surtout .… à en rire ! Car il faut l’avouer : Joe Dip­i­etro a su bien ficel­er ces cour­tes his­toires et nous avons l’im­pres­sion qu’au moins une de ces his­toires nous est déjà arrivée et pour les plus malchanceux deux ou trois de plus…

Steffi DiDomenicantonio © Andrée Lanthier
Stef­fi DiDomeni­can­to­nio © Andrée Lan­thi­er

Sans les inter­prètes, ces petits bijoux de textes pour­raient être ternes . Mais avec une troupe comme celle du Segal Cen­ter, nous sommes en « busi­ness ». Les qua­tre inter­prètes sont incroy­ables. Ils ne sont pas nés de la dernière pluie et ils ont, pour la plu­part, un par­cours digne de men­tion. La tal­entueuse Stef­fi DiDomeni­can­to­nio, que cer­tains auront recon­nue comme étant une des final­istes de « Cana­di­an Idol », pos­sède une liste impres­sion­nante de par­tic­i­pa­tions à des comédies musi­cales telles que Spring Awak­en­ing, Cabaret, et Cin­derel­la, pour ne nom­mer que celles-là. Dans I Love You, You’re Per­fect, Now Change, Stef­fi est solide dans ses presta­tions vocales et son jeu n’est pas en reste. Elle va chercher le pub­lic à cha­cune de ses inter­ven­tions ; en femme « busy busy » ou en « menteuse » dans « Sin­gle Man Drought », mais elle atteint son apogée dans sa presta­tion de la chan­son « Always A Brides­maid ». Un pur délice !
Sa com­pagne de scène, la jeune Tringa Rex­hepi qui se situe côté voix entre le lyrique et la pop, vous envoûtera. Son tim­bre de voix unique vous fera tomber sous son charme dès les pre­mières notes de « I Will Be Loved Tonight ». Vous ne saurez résis­ter.. Vous en êtes avisé. Un autre qui saura vous cap­tiv­er et vous séduire par sa voix et son jeu… Adri­an Marchuk. Con­nu pour son rôle de Frankie Val­li dans Jer­sey Boys (Toronto/Las Vegas) et sa par­tic­i­pa­tion dans la pre­mière mon­di­ale de The Appren­tice­ship of Dud­dy Kravitz (David Spencer et Alan Menken), ici même, à Mon­tréal, en juin 2015. Avec sa voix savoureuse, il nous offre des per­for­mances amu­santes telles que dans les scènes « What­ev­er Hap­pened to Baby’s Par­ents  » et « Tear Jerk » où il nous démon­tre son tal­ent d’ac­teur et nous fascine en chan­sons avec « On The High­way Of Love ». Le dernier et non le moin­dre est le « timide » Will Lam­ond, un autre habitué du Cen­tre Segal (Fun­ny Girl — 2015). Son tal­ent naturel pour le jeu vous séduira. En revanche, côté vocal, il y a place à l’amélio­ra­tion…

Un excel­lent tra­vail a été fait par Mar­jo­laine Provençal (décors) et Nico­las Decôteaux (lumières) pour quetout soit flu­ide . Le jeu de lumières met en évi­dence le décor sim­ple mais effi­cace de cette pro­duc­tion. Et que dire de la mise en scène de Wade Lynch, qui fait en sorte que même lors des nom­breux change­ments de cos­tumes , il n’y a (presque) pas de temps morts. Et comme pour tous les spec­ta­cles présen­tés par le Cen­tre Segal, nous avons droit à des musi­ciens ‘live », sur scène. Au nom­bre de trois, ils par­ticipent, à leur façon, au spec­ta­cle.

Impos­si­ble de ne pas pass­er une très belle soirée avec I Love You, You’re Per­fect, Now Change