Canada – « Chantons sous la pluie » (Critique)

0
244
Chan­tons sous la pluie © Rosaire Godin Pho­tographe — Regard en Coulisse.com

Livret : Bet­ty Com­den et Adolph Green
Musique : Nacio Herb Brown et Arthur Freed
Mise ne scène : Denise Filiatrault
Tra­duc­tion et adap­ta­tion : Yves Morin
Choré­graphes : Olivi­er Loubry et Maud Saint-Germain
Choré­gra­phie du film orig­i­nal de Geene Kel­ly et Stan­ley Donen
Basé sur le film de Metro-Gold­wyn-May­er avec la per­mis­sion spé­ciale de Warn­er Bros. The­ater Ven­tures Inc.

Dis­tri­b­u­tion :
René Simard : Cos­mo Brown
Renaud Par­adis : Don Lockwood
Mar­ilou Morin : Kathy Selden
Pas­cale Desrochers : Lina Lamont
Danièle Lorain, Karine Bel­ly, Mar­co Ramirez, Yvan Benoît, Jacques Girard, Dominic Lor­ange, Nor­mand Car­rière, Jean-Philippe Poulin, William Loiseau, Chan­tal Dauphi­nais, Lydia Bouchard, Michael Daniel Mur­phy, Serge Groulx, Daniel Delisle, Maud Saint-Ger­main, Clau­dine Olivi­er, Brigitte Désy, Bon­nie Jor­dan, Shana Troy, Shan­tal Bard, Chris­t­ian Véz­i­na, Joce­lyn Coutu, Math­ieu Lorain-Dig­nard et Olivi­er Loubry.

Les amants de danse, de cla­que­tte, de chant et de comédie seront comblés, la comédie musi­cale Chan­tons sous la pluie débar­que à Montréal.

Renaud Par­adis, dans les souliers de Don Lock­wood, René Simard, por­tant l’im­per­méable de Cos­mo Brown et Mar­ilou Morin, sous le para­pluie de Kathy Selden, repren­nent les rôles de Gene Kel­ly, Don­ald O’Con­nor et Deb­bie Reynolds du mythique film de 1952.

Denise Fil­i­a­trault, à qui l’on doit les suc­cès My Fair Lady, Un vio­lon sur le toit et La mélodie du bon­heur, signe la mise en scène de Chan­tons sous la pluie, l’in­con­tourn­able de l’été !

Notre avis :
Le Fes­ti­val Juste pour rire ne fait jamais les choses à moitié. Pour la grande pre­mière de sa comédie musi­cale Chan­tons sous la pluie, qui a eu lieu sous un soleil de plomb, les spec­ta­teurs ain­si que les invités de mar­que ont tous été accom­pa­g­nés par des hôt­esses — joli­ment vêtues d’un mag­nifique imper­méable jaune et sous un adorable para­pluie rouge — pour franchir les portes du théâtre et ce, sous une mag­nifique pluie… spé­ciale­ment créée pour l’occasion… !

Mais atten­tion, l’éblouissement ne fait que com­mencer. Tout a été mis en oeu­vre pour faire de Chan­tons sous la pluie un suc­cès instan­ta­né : un pub­lic déjà con­quis d’avance — nous n’avons qu’à penser à tous ces « baby-boomers » adeptes du film de 1952, une dis­tri­b­u­tion à couper le souf­fle, huit musi­ciens cachés mais qui offrent une mer­veilleuse musique « live », un décor con­sid­érable, une tra­duc­tion française des plus réussies et surtout une his­toire que tout le monde con­nait. En effet, cette his­toire nous ramène en 1927 où une star du ciné­ma muet, Don Lock­wood, ain­si que sa parte­naire, Lina Lam­ont, actrice à la voix désagréable, doivent faire la tran­si­tion du film muet au film par­lant… mais non sans déboires. En effet, le bon ami de Don, le très désopi­lant Cos­mo Brown, a con­coc­té un nou­veau film — le Cheva­lier dansant — mais la voix exécrable de Lina Lam­ont risque de faire fuir le pub­lic… heureuse­ment, la jeune danseuse Kathy Selden arrive à la rescousse…

Denise Fil­li­a­trault offre, encore une fois, une pro­duc­tion hors du com­mun. On y décou­vre son incroy­able tal­ent pour la mise en scène et pour le « cast­ing ». Elle nous offre un très grand cadeau en nous ramenant sur scène le non moins tal­entueux René Simard qui nous offre un Cos­mo des plus mémorables. Son numéro, lors de la scène « Rires aux larmes », nous a démon­tré, une nou­velle fois, son tal­ent inné pour la danse et le chant. Une presta­tion qui a d’ailleurs été saluée par le pub­lic à grand coups de « Bra­vo » ! On aimerait le voir con­tin­uelle­ment sur scène. Son acolyte, Don Lock­wood, est inter­prété par Renaud Par­adis qui, mal­heureuse­ment, man­quait un peu de naturel côté jeu. En revanche, ses presta­tions dansantes, tout comme ses par­ties chan­tées, étaient tout sim­ple­ment épous­tou­flantes. La jeune Mar­ilou Morin, en Kathy Selden, nous a démon­tré que Chan­tons sous la pluie ne sera cer­taine­ment pas sa dernière présence sur une scène musi­cale. Par ailleurs, celle qui a volé royale­ment la vedette de ce fan­tas­tique spec­ta­cle est sans aucun doute la très tal­entueuse Pas­cale Desrochers qui a livré une Lina Lam­ont tout sim­ple­ment majestueuse ! À cha­cune de ses appari­tions, le pub­lic était sus­pendu à ses lèvres. Quelle prestance !

Le clou du spec­ta­cle se déroule à la fin du pre­mier acte… soit l’indescriptible scène de la chan­son « Je chante sous la pluie » qui est un des grands moments de ce spec­ta­cle : une chute de pluie, un bassin d’eau et un Renaud Par­adis qui nous fait un numéro de cla­que­ttes des plus ahuris­sants. Du jamais vu sur scène à Mon­tréal ! Nous avons adoré, aus­si, les nom­breux numéros de cla­que­ttes qui ont été mis en valeur par une troupe d’une qual­ité incroyable.

Chan­tons sous la pluie restera dans les annales de la comédie musi­cale au Québec. Jamais un spec­ta­cle n’au­ra réus­si à rassem­bler autant de tal­ents sur une même scène !
Si les applaud­isse­ments à tout rompre sont un gage de suc­cès… alors le pari est gag­né pour la comédie musi­cale Chan­tons sous la pluie.… Souhaitons-lui que l’aventure se déplac­era un peu partout au Québec… et pourquoi pas à Paris ?!

Pho­tos : Tour­nage de la pub télé de la comédie musi­cale Chan­tons sous la pluie.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=bC-yUhm3EPs&feature=player_embedded#![/youtube]