Cabaret Brise-Jour (Critique)

0
491

Cabaret Brise-Jourmusique : Kurt Weill
textes : Bertolt Brecht, Robert Desnos, Ira Gersh­win, Maxwell Ander­son, Jacques Deval, Ogden Nash
écri­t­ure, arrange­ments et mise en scène : L’orchestre d’hommes-orchestres
per­formeurs : Danya Ort­mann, Philippe Lessard-Dro­let, Lyne Goulet, Simon Elmaleh, Simon Drouin, Jas­min Clouti­er, Gabrielle Bouthilli­er, Bruno Bouchard
éclairages : Philippe Lessard-Drolet
con­cep­tion sonore : Frédéric Auger
machines théâ­trales : Pas­cal Robitaille
une pro­duc­tion de L’orchestre d’hommes-orchestres

Notre avis (représen­ta­tion du 28 novem­bre 2014 au théâtre de Vénissieux) :

Avec Cabaret Brise-Jour, l’orchestre d’hommes-orchestres (LODHO) s’empare avec audace du réper­toire de Kurt Weill. Les élé­ments de décor font d’abord penser à un étrange caphar­naüm mais ce désor­dre appar­ent dis­simule en fait une mécanique bien huilée. L’orchestre d’hommes-orchestres est présen­té comme faisant « de la musique qui se voit » et il est vrai que cette for­mule leur cor­re­spond par­faite­ment. LODHO mar­que les esprits grâce à une forte créa­tiv­ité, en par­ti­c­uli­er en util­isant à plusieurs repris­es des objets inat­ten­dus comme instru­ments de musique. On cit­era entre autres une haltère ou un vapor­isa­teur de par­fum, sans oubli­er un bal­ai qui ferait pour­tant bonne mesure dans un orchestre de jazz ! En effet, si ces objets font sourire par leur car­ac­tère inat­ten­du, ce n’est pas au détri­ment de la qual­ité musi­cale de l’in­ter­pré­ta­tion des oeu­vres de Kurt Weill.

La troupe québé­coise n’hésite pas à don­ner régulière­ment de belles tonal­ités rock à des chan­sons écrites dans les années 1930–40 mais aus­si à leur don­ner en live des airs rétros de « son vinyle » grâce à des tech­niques drôles et astu­cieuses. Dif­férentes facettes de l’oeu­vre de Weill sont présen­tées, de sa « péri­ode alle­mande » à son par­cours à Broad­way. Les chan­sons sont donc inter­prétées alter­na­tive­ment en anglais, en alle­mand et en français. Plusieurs des chan­sons les plus con­nues de Kurt Weill, sou­vent repris­es notam­ment par des artistes de jazz, ne sont pas retenues. Mal­gré ce choix, Cabaret Brise-Jour est un spec­ta­cle mar­quant avec sa belle troupe de chanteurs-musi­ciens hauts en couleur.