Buenos Aires Tango

0
232

Après une ouver­ture à la Cité de la Musique en Mai 2001, le théâtre Nation­al de Chail­lot accueil le fes­ti­val Buenos Aires Tan­go. Spec­ta­cles, bals, cours de Tango.

Pour le pre­mier con­cert à Chail­lot de Buenos Aires Tan­go, étaient invités des grands noms du tan­go argentin qui ont rapi­de­ment con­quis une salle très récep­tive aux rythmes et mélopées de cette divine musique. La pre­mière par­tie, chan­tée par Lidia Bor­da (qui ressem­ble à Liza Min­nel­li de façon trou­blante) et Bri­an Cham­bouley­ron, accom­pa­g­nés par le quatuor Este­ban Mor­ga­do, alter­nait des moments de grande ten­dresse et d’aus­si grande ten­sion. N’ou­blions pas que le tan­go est tout sauf une musique gnan-gnan ! La sec­onde par­tie, absol­u­ment mag­ique, a fait la part belle à l’in­stru­ment emblé­ma­tique du genre : le ban­donéon. Trois « papys », as incon­testés de l’in­stru­ment, sont venus envoûter l’as­sis­tance. Emilio Bal­care, Nestor Mar­coni, José « pepe » Lib­ertel­la stars dans leur pays, com­mu­niquent une telle pas­sion, un tel aban­don de soi (le ban­donéon n’est pas un instru­ment mais le pro­longe­ment naturel de mon corps dis­ait l’un d’eux), qu’il est impos­si­ble d’y résis­ter. Dans le foy­er, avant le spec­ta­cle et durant l’en­tracte, une démon­stra­tion de danse épous­tou­flante de beauté et de sen­su­al­ité a fini de ravir les très nom­breux spec­ta­teurs. Comme Chail­lot ne fait pas les choses à moitié, vous pou­vez vous ini­ti­er à danser le tan­go tous les après-midi (sur réser­va­tion). N’hésitez pas à vous plonger dans ces rythmes tor­rides, atten­tion toute­fois de ne pas écras­er les pieds de votre parte­naire, le tan­go se danse avec une cer­taine déter­mi­na­tion un rien violente…