BroadwayCon, une convention dédiée aux fans de Broadway

0
312

Du 24 au 26 jan­vi­er dernier se tenait à New York, la pre­mière con­ven­tion au monde con­sacrée à Broad­way. Dans un des plus grands hôtels de la ville, les par­tic­i­pants étaient invités à ren­con­tr­er des pro­fes­sion­nels du théâtre musi­cal et durant trois jours, se retrou­ver autour d’ate­liers, de mas­ter class­es, con­certs, mais aus­si ren­con­tres, ses­sions d’au­to­graphes et jeux.

Pas de doute, les codes des con­ven­tions étaient présents : les fans étaient invités à porter un badge avec leurs prénoms et à indi­quer en dessous de celui-ci leur spec­ta­cle favoris. Cer­tains avait même eu l’au­dace de s’ha­biller en gar­dant la thé­ma­tique de leurs héros préférés. Ain­si, Tra­cy de Hair­spray côtoy­ait les sœurs de Side Show et plusieurs Fan­tômes de l’Opera. Quelques Alexan­der Hamil­ton étaient en com­péti­tion pen­dant qu’une réu­nion de Mor­mons en pail­lettes avait lieu.

L'ouverture du BroadwayCon (c) DR
L’ou­ver­ture du Broad­way­Con © DR

Cer­tains pan­els per­me­t­taient aux fans de se réu­nir selon leurs cen­tres d’in­térêt : Stephen Sond­heim ou Andrew Lloyd Web­ber ? Hamil­ton, Rent ou Newsies ? D’autres per­me­t­taient de se famil­iaris­er avec des aspects plus tech­niques du théâtre musi­cal, de la pro­duc­tion à la direc­tion musi­cale et de l’enregistrement des albums à la créa­tion scéno­graphique. Des mas­ter class­es et ate­liers étaient acces­si­bles sur invi­ta­tion (par tirage au sort). Ain­si, pour ne citer qu’eux, Bernard Telsey, célèbre directeur de cast­ing (Rent, Wicked, In the Heights…) a pu don­ner ses recom­man­da­tions et par­ler de son méti­er, la comé­di­enne Tami­ka Lawrence (If/Then, Rent, Book of Mor­mon) a pu con­seiller des futurs artistes dans leur choix de chan­sons de cast­ing et les aigu­iller quant à leurs lacunes.

Les temps forts étaient assez bien répar­tis sur les trois jours. Citons par exem­ple la réu­nion excep­tion­nelle de cer­tains mem­bres de la dis­tri­b­u­tion orig­i­nale de Rent, d’autres de la troupe de Hamil­ton (le suc­cès actuel de Broad­way, com­plet pour les prochains mois) mais aus­si un numéro d’ou­ver­ture de la con­ven­tion spé­ciale­ment créé pour l’oc­ca­sion. Les appari­tions d’Antho­ny Rapp, co-fon­da­teur du Broad­way­Con et mem­bre orig­i­nal de Rent (Mark Cohen), créaient l’événe­ment à chaque fois.

Ce Broad­way­Con étant organ­isé par des artistes de Broad­way pour les fans du genre et les artistes du milieu, la répar­ti­tion entre les pan­els axés sur les spec­ta­cles et ceux pour évoluer dans ce busi­ness étaient assez bien équili­brée. L’en­droit, le Hilton Hôtel de Man­hat­tan, gigan­tesque lieu de con­ven­tion inter­na­tionale, était sans doute le meilleur choix pos­si­ble au vu des 6000 par­tic­i­pants reçus au cours du weekend.
Mal­gré la tem­pête de neige sur­v­enue le deux­ième jour de la con­ven­tion, la plu­part des pan­els et mas­ter class­es ont été main­tenus ou bien repris­es par des artistes appelés le jour même en rem­place­ments de dernière minute. Une soirée excep­tion­nelle a d’ailleurs été organ­isée le same­di soir — « Bliz­zard­Con » — afin de con­sol­er les fans n’ayant pas eu l’oc­ca­sion de ren­con­tr­er les artistes prévus initialement.
Notons la réac­tiv­ité des équipes organ­isatri­ces afin de ren­dre ce week­end excep­tion­nel et unique en son genre.
Un mer­chan­dis­ing était égale­ment prévu afin de pou­voir se pro­cur­er les derniers acces­soires de Broad­way mais aus­si de ren­con­tr­er des asso­ci­a­tions locales présen­tant leurs pro­grammes de for­ma­tion pour futurs artistes.

Enfin, la con­ven­tion étant axée sur la ren­con­tre entre les artistes et leur pub­lic, des ses­sions d’au­to­graphes et de pho­tos étaient organ­isées. Entière­ment gra­tu­ites, elles étaient acces­si­bles par un sys­tème de loterie.

Notre avis sur le BroadwayCon :

Cosplay Cats au BroadwayCon (c) DR
Cos­play Cats au Broad­way­Con © DR

Que dire d’un tel événe­ment si ce n’est qu’il était temps qu’il soit créé ? Au vu du chiffre d’af­faire en qua­si con­stante évo­lu­tion des spec­ta­cles à Broad­way, il était éton­nant de ne pas encore avoir de con­ven­tion à ce pro­pos. C’est chose faite et c’est organ­isé dans les règles de l’art des con­ven­tions. Rien ne man­quait à l’ap­pel, si ce n’est le wifi, indisponible dans tout l’hôtel.
Mal­gré cette décon­v­enue, les quelques 6000 per­son­nes venus du monde entier afin d’y assis­ter en ont eu pour leur argent. Certes le pre­mier jour man­quait légère­ment d’or­gan­i­sa­tion, surtout pour l’énorme numéro d’ou­ver­ture de la con­ven­tion qui a réu­ni plus de per­son­nes que prévu. Cepen­dant, les équipes organ­isatri­ces et leurs bénév­oles n’ont pas man­qué de ressources pour sat­is­faire tous les mem­bres de la con­ven­tion et répon­dre à leurs attentes.
Recon­nais­sons leur incroy­able effi­cac­ité suite à la tem­pête ayant frap­pé New-York et les annu­la­tions de cer­taines inter­ven­tions. Les pan­els, mas­ter class­es et ate­liers étaient extrême­ment bien pré­parés et organ­isés, les artistes et équipes présents étaient facile­ment abor­d­ables et à l’é­coute. Le Play­bill pub­lié pour l’oc­ca­sion était une idée ingénieuse : tout le pro­gramme ain­si que les biogra­phies de tous les artistes, tech­ni­ciens, met­teurs en scène présents sur place y fig­u­raient ain­si qu’un plan de l’hô­tel, la con­ven­tion se déroulant sur trois étages entiers.

Que vous étiez présents pour voir vos comé­di­ens favoris ou pour en appren­dre plus sur votre méti­er, vous pou­viez facile­ment sat­is­faire vos envies.
Mis a part cer­taines réu­nions pleines quelques heures avant même leur ouver­ture (Hamil­ton ou Rent), il était facile d’enchaîner les con­férences sans avoir le moin­dre souci.
Une men­tion spé­ciale pour le tout pre­mier meet up de la con­ven­tion encour­ageant les per­son­nes venues seules à se rencontrer.

Quoi de mieux que trois jours entiers, de 9h à 1h du matin pour les plus courageux, pour par­ler de comédies musi­cales avec des gens qui en font par­tie ? Si vous avez l’oc­ca­sion de pass­er par New-York l’an­née prochaine, n’hésitez pas à pass­er la porte de cette con­ven­tion, ne serait-ce que pour un jour. Vous serez sat­is­fait de voir que vous n’êtes pas le seul à chanter Sea­sons of Love sous votre douche !

Pour plus d’in­for­ma­tions sur la con­ven­tion 2017 : http://www.broadwaycon.com/
Suiv­ez leur actu­al­ité sur Twit­ter et Facebook.