Broadway pratique (édition 2006) — Des conseils pour découvrir le temple de la comédie musicale !

0
273

Lumières de Broadway ©DR
Lumières de Broad­way ©DR
Réserv­er depuis la France, par Internet
Ici comme ailleurs, les pre­miers arrivés sont les mieux servis, donc il vaut mieux penser à réserv­er ses bil­lets à l’a­vance, par Inter­net, avec une carte ban­caire inter­na­tionale. La plu­part des sites pro­pose l’op­tion du  » will call  » qui per­met de récupér­er les bil­lets au box-office du théâtre directe­ment, juste avant le spec­ta­cle. Atten­tion, vous devrez présen­ter la carte ban­caire avec laque­lle le paiement a été effec­tué et une pièce d’i­den­tité au même nom. Les sites Inter­net du spec­ta­cle de votre choix vous redirigeront vers les sites de vente en ligne offi­ciels comme ticketmaster.com ou telecharge.com.

Les tar­ifs offi­ciels vari­ent entre $95 et $110 pour l’orchestre et les pre­miers rangs de la mez­za­nine, moitié moins pour les autres places. Pour cer­tains shows  » sold-out  » (com­plets), les tick­ets pre­mi­um au tarif supérieur de 20% à 200% au prix nom­i­nal seront votre unique option. À l’in­verse, beau­coup de spec­ta­cles offrent des réduc­tions de 30% à 50% pour cer­taines représen­ta­tions, en semaine en général. Sou­vent, vous accéderez aux mêmes places avec ou sans réduc­tion. Le meilleur site pour obtenir les codes de réduc­tions est : broadwaybox.com, tous les shows sont listés dans la colonne de droite.

Réserv­er, ou non, sur place
Vous pou­vez vous présen­ter au box-office au théâtre directe­ment pour acheter des places au prix nom­i­nal, sans frais d’in­ter­mé­di­aire. Le box-office acceptera égale­ment vos codes de réduc­tion trou­vés sur Inter­net, dans la presse locale ou sur les prospec­tus dis­tribués dans les hôtels, restau­rants, et à l’of­fice du tourisme…

Une solu­tion plus économique est d’u­tilis­er le kiosque TKTS, une véri­ta­ble insti­tu­tion en plein Times Square qui délivre les inven­dus du jour à 25, 35 ou 50%. Des écrans lumineux sur place indiquent quels shows sont disponibles. Atten­tion, il faut pay­er en liq­uide unique­ment et être prêt à faire la queue. De plus, on ne peut pas choisir sa place, donc il y a des bonnes et des mau­vais­es sur­pris­es. Le guichet ouvre à 10/11 heures pour les représen­ta­tions de l’après-midi (mer­cre­di et week-end) et à 14/15 heures pour celles du soir (tous les jours sauf lun­di). À not­er, il existe une suc­cur­sale de TKTS à Sea­port, plus excen­trée dans l’Est de Man­hat­tan, pas très facile à trou­ver, qui est donc beau­coup moins cou­rue. Voir tous les détails sur tkts.com

Enfin, la solu­tion la moins onéreuse est la loterie, quelque­fois réservée aux étu­di­ants. Env­i­ron deux heures avant le spec­ta­cle, au théâtre directe­ment, vous pour­rez met­tre votre nom sur un bul­letin et ten­ter de gag­n­er le jack­pot : une ou deux places, au choix, entre $20 et $25 et situées au pre­mier rang. Une pièce d’i­den­tité est néces­saire pour tout par­tic­i­pant (y com­pris les enfants) ain­si que le règle­ment en liq­uide. Cer­taines loter­ies sont pris­es d’as­saut (Wicked) mais d’autres offrent de bien meilleures chances de gag­n­er (Dirty Rot­ten Scoundrels, Hair­spray, Avenue Q). Cer­tains shows offrent aus­si l’op­tion du Stand­ing Room quand la représen­ta­tion affiche com­plet ; pour un tarif min­ime, vous pour­rez voir le spec­ta­cle… debout ! Option à réserv­er aux fanas de comédie musi­cale, donc. Enfin, le Stu­dent Rush (réservé aux étu­di­ants munis d’une carte offi­cielle avec pho­to) et le Gen­er­al Rush (ouvert à tous) per­me­t­tent d’obtenir des tick­ets à l’ou­ver­ture du box-office sur le principe du pre­mier arrivé, pre­mier servi. Tous les détails sur les loter­ies, stu­dent rush et stand­ing room sont disponibles sur playbill.com

Enfin, si vous tenez absol­u­ment à voir un show par­ti­c­uli­er « sold-out », il ne vous reste que la « can­cel­la­tion line » au box-office avant le spec­ta­cle pour prof­iter des désis­te­ments de dernière minute, il y en a tou­jours, pour des places au prix nominal.

Les spec­ta­cles
Choi­sis­sez votre spec­ta­cle en fonc­tion de votre degré de con­nais­sance de la comédie musi­cale, de votre bud­get, de votre maîtrise de la langue anglaise…

Avenue Q [Tony 2004]
Thème : Une par­o­die intel­li­gente et drôle des émis­sions enfan­tines de 1 Rue Sésame où les mar­i­on­nettes se moquent de la société bien pen­sante américaine.
Anglais : nécessaire
Bud­get : réduc­tions pos­si­bles à 35%, loterie
Notre recom­man­da­tion : le plus drôle des musi­cals, à con­di­tion de com­pren­dre l’anglais.

Beau­ty and the Beast, The Lion King [Tony 1998] et Tarzan
Thème : Les clas­siques de Dis­ney mis en scène en musique.
Anglais : fac­ul­tatif telle­ment les his­toires sont con­nues et les effets visuels imposants
Bud­get : Plein tarif unique­ment, voire premium
Notre recom­man­da­tion : spec­ta­cles à priv­ilégi­er (unique­ment) si vous avez des enfants.

Chica­go [Tony du meilleur revival en 1997]
Thème : Le clas­sique de John Kan­der, Fred Ebb et Bob Fos­se, immor­tal­isé au ciné­ma par Rob Mar­shall, se joue depuis presque 10 ans sur Broad­way. C’est l’his­toire de Vel­ma et Rox­ie qui rivalisent depuis leur cel­lule de prison pour devenir meneuses de cabaret.
Anglais : recom­mandé, mais fac­ul­tatif si vous con­nais­sez le synopsis
Bud­get : réduc­tions pos­si­bles à 50%
Notre recom­man­da­tion : cer­taine­ment le meilleur des stan­dards sur Broad­way, mais il est préférable de révis­er ses clas­siques avant pour appréci­er pleine­ment ce musi­cal jazzy com­plexe en fond et sobre en forme.

Dirty Rot­ten Scoundrels
Thème : excel­lent remake en musique du film Le Plus Escroc Des Deux avec Steve Mar­tin et Michael Caine, où deux voleurs, l’un de haut vol et l’autre de pacotille, se défient pour plumer une jeune femme sans défense, croient-ils.
Anglais : recom­mandé, mais fac­ul­tatif si vous con­nais­sez le synopsis
Bud­get : réduc­tions pos­si­bles à 50%, loterie
Notre recom­man­da­tion : assez dis­crète­ment, ce show à mi-chemin entre le théâtre et la comédie musi­cale, mène une belle car­rière depuis 2 ans grâce à un scé­nario amu­sant, de char­mantes scènes en musique et surtout des acteurs excellents.

Hair­spray [Tony 2003]
Thème : excel­lent remake du film éponyme de John Waters, où une jeune fille d’un milieu défa­vorisé et un peu grosse réalise ses rêves dans le Bal­ti­more coincé et ségré­ga­tion­niste des années 60.
Anglais : recom­mandé, mais fac­ul­tatif si vous con­nais­sez le synopsis
Bud­get : réduc­tions pos­si­bles à 50%, loterie
Notre recom­man­da­tion : show drôle et très haut en couleur, mais la troupe actuelle est décevante.

Jer­sey Boys [nomimé aux Tony 2006]
Thème : musi­cal-juke­box con­tant l’his­toire de Frankie Val­li et des Four Seasons.
Anglais : facultatif
Bud­get : sold-out, tick­ets pre­mi­um uniquement
Notre recom­man­da­tion : si vous avez les moyens, c’est the-place-to-be actuelle­ment sur Broadway.

Mam­ma Mia
Thème : musi­cal-juke­box sur les chan­sons d’Ab­ba dans lequel une jeune fille sur une île grecque invite pour son anniver­saire trois anciens amis de sa mère, dont l’un pour­rait être son père.
Anglais : facultatif
Bud­get : réduc­tions possibles
Notre recom­man­da­tion : un suc­cès plané­taire certes, mais pas for­cé­ment représen­tatif de l’e­sprit de Broadway.

Mon­ty Python’s Spa­malot [Tony 2005]
Thème : remake du film des Mon­thy Python Sacré Graal, où le Roi Arthur et les Cheva­liers de la Table Ronde par­courent la scène en frap­pant dans des noix de coco pour imiter le galop du cheval.
Anglais : recom­mandé pour l’hu­mour, fac­ul­tatif si vous con­nais­sez le synopsis
Bud­get : longtemps sold-out, le show vient de sor­tir quelques réductions
Notre recom­man­da­tion : allez‑y unique­ment si vous êtes sen­si­bles à l’hu­mour des Mon­ty Python. C’est le même qu’en 1975, il n’a pas var­ié d’un inch ! Côté musi­cal, c’est très pauvre.

Rent [Tony 1996]
Thème : des jeunes squat­ters galèrent dans le Low­er East Side new-yorkais.
Anglais : oblig­a­toire car l’his­toire est com­plexe et entière­ment chan­tée, fac­ul­tatif si vous avez vu le film sor­ti il y a peu
Bud­get : nom­breuses réduc­tions — vous pou­vez acheter au box-office des places à 50% le dimanche unique­ment, pour les représen­ta­tions du mar­di au jeu­di suivant.
Notre recom­man­da­tion : prof­itez de l’an­niver­saire des 10 ans de ce musi­cal rock culte pour le décou­vrir ou le re-revoir.

Sweeney Todd
Thème : un bar­bi­er vic­time d’une injus­tice revient à Lon­dres plusieurs années après pour se venger, en jouant de la lame de rasoir.
Anglais : recommandé
Bud­get : réduc­tions possibles
Notre recom­man­da­tion : réservé aux con­nais­seurs, car cette mag­nifique oeu­vre lyrique de Stephen Sond­heim est mise en scène ici de façon haute­ment sym­bol­ique, assez peu explicite.

The Col­or Pur­ple [nomimé aux Tony 2006]
Thème : le remake du film éponyme de Steven Spiel­berg, qui con­te la dure vie de Celie, une jeune afro-améri­caine au début du siè­cle dernier.
Anglais : forte­ment recom­mandé, mais fac­ul­tatif si vous con­nais­sez le synopsis
Bud­get : plein tarif pour les meilleures places
Notre recom­man­da­tion : à voir aus­si pour l’am­biance assez inhab­ituelle dans l’im­mense théâtre qui reçoit une foule nom­breuse et expres­sive afro-améri­caine. Mieux qu’un gospel touris­tique à Harlem. Dom­mage que l’his­toire aille si vite et soit si com­pliquée à comprendre.

The Drowsy Chap­er­one [nomimé aux Tony 2006]
Thème : un fan de comédies musi­cales un peu autiste vous invite dans son salon pour écouter un clas­sique (imag­i­naire) des années 20.
Anglais : recom­mandé pour l’hu­mour, mais fac­ul­tatif pour le spectacle
Bud­get : réduc­tions possibles
Notre recom­man­da­tion : les amoureux de l’opérette trou­veront là leur bon­heur. On regrette juste les inter­ven­tions trop fréquentes du nar­ra­teur, qui cassent un peu le rythme.

The Phan­tom of the Opera [Tony 1988]
Thème : un spec­tre défig­uré hante un théâtre et tombe éper­du­ment amoureux d’une diva… mais faut-il vrai­ment présen­ter cette  » insti­tu­tion  » qui bat les records de longévité sur Broadway?
Anglais : facultatif
Bud­get : réduc­tions possibles
Notre recom­man­da­tion : un très grand clas­sique signé Andrew Lloyd Web­ber, qui date dans tous les sens du terme.

The Pro­duc­ers [Tony 2001]
Thème : deux pro­duc­teurs véreux ten­tent de spoli­er leurs investis­seurs en mon­tant un musi­cal cen­sé être un bide : une ode à Hitler !
Anglais : recommandé
Bud­get : réduc­tions pos­si­bles unique­ment pour les moins bonnes places
Notre recom­man­da­tion : certes, l’hu­mour de Mel Brooks n’est pas tou­jours fin, mais ce musi­cal cumule un vrai scé­nario, de grandes scènes de revue, des per­for­mances d’ac­teurs et, c’est logique, 11 Tony Awards (un record).

The Wed­ding Singer [nomimé aux Tony 2006]
Thème : remake du film éponyme avec Adam San­dler et Drew Bar­ry­more, met­tant en scène un chanteur de mariage qui se fait pla­quer par sa fiancée le jour de son pro­pre mariage.
Anglais : recommandé
Bud­get : réduc­tions possibles
Notre recom­man­da­tion : bon diver­tisse­ment com­por­tant de nom­breuses références aux années 80.

Wicked
Thème : genèse de l’u­nivers du Magi­cien D’Oz, avant l’ar­rivée de Dorothy.
Anglais : recom­mandé pour suiv­re l’his­toire (com­plexe), mais fac­ul­tatif pour le spectacle
Bud­get : plein tarif unique­ment, loterie (très populaire)
Notre recom­man­da­tion : excel­lente par­ti­tion pour un grand spec­ta­cle qui risque néan­moins de vous paraître out­ré et exagéré­ment long si vous n’êtes pas fam­i­li­er avec les per­son­nages du Magi­cien d’Oz.