Broadway Melody (Critique)

0
318

Piano et Direc­tion musi­cale : Thier­ry Boulanger
Mise en scène : Jean Lacornerie
Scéno­gra­phie : Bruno de Lavenère
Con­tre­basse : Nico­las Bianco
Bat­terie : Sébastien Mourant
Cos­tumes : Robin Chemin
Avec Landy Andri­amboan­von­jy, Cécile Camp, Sophie Lenoir, Tina May, Flo­rence Pel­ly, Jean-Pierre Descheix, Fab­rice Pochic, Gilles Vajou, Jacques Verzier,

Notre avis :

Sous le titre de Broad­way Melody, Jean Lacorner­ie présente une forme de pro­longe­ment d’une de ses précé­dentes créa­tions, Applause : Broad­way Notre Monde. Si les thèmes prin­ci­paux demeurent les mêmes (la vie des comé­di­ens, l’amour du théâtre, l’en­vers du décor…), l’oeu­vre ini­tiale s’est enrichie en demeu­rant moins ancrée dans le reg­istre de la revue et en lorgnant plus net­te­ment du côté du théâtre musical.

Broad­way Melody se décom­pose d’ailleurs en deux temps. La pre­mière par­tie relate les dernières heures précé­dant la pre­mière d’un spec­ta­cle, unis­sant acteurs, pro­duc­teurs, créa­teurs… Les per­son­nages à l’ego sou­vent démesuré sont savoureux et plusieurs répliques font mouche. L’in­trigue ténue manque toute­fois de faits mar­quants pour nous plonger sans retenue dans cet univers et les numéros musi­caux de cette par­tie, bien amenés, con­stituent les véri­ta­bles temps forts de ce « pre­mier acte ». La deux­ième par­tie de Broad­way Melody lève le voile sur une oeu­vre dif­férente, plus proche de la revue, même si des scènes jouées précè­dent les numéros musi­caux. Des univers dif­férents s’y suc­cè­dent et cette var­iété offre alors un rythme plus soutenu que le début du spectacle.

La scéno­gra­phie exploite régulière­ment un plateau tour­nant, choix appro­prié aux enchaine­ments de Broad­way Melody. Les élé­ments de décor sont séduisants mais ils rap­pel­lent toute­fois d’autres mon­des mis en scène par Jean Lacorner­ie. Le réper­toire retenu par­court plusieurs clas­siques de Broad­way dont des « hymnes » comme « That’s Enter­tain­ment » ou « There’s No Busi­ness Like Show Busi­ness » mais aus­si quelques chan­sons français­es (avec par exem­ple Gilles Vajou swinguant mer­veilleuse­ment façon Michel Jonasz).

La troupe est con­sti­tuée d’habitués des spec­ta­cles de Jean Lacorner­ie. Il est déli­cat de met­tre en avant un nom par­ti­c­uli­er dans une troupe où fig­urent entre autres les excel­lents Jacques Verzi­er, Gilles Vajou et Flo­rence Pel­ly. On aura toute­fois appré­cié une nou­velle fois le tal­ent de la « régionale de l’é­tape » Landy Andri­amboan­von­jy dont chaque appari­tion con­stitue un moment marquant.

Cette « Lyon­naise Melody », un an après West Side Sto­ry en Con­cert, amène à nou­veau Broad­way sur les bor­ds du Rhône à l’ap­proche de Noël. Souhaitons que cette forme de « cadeau » devi­enne une belle tra­di­tion festive !