Barbara et l’homme en rouge

0
269

barbara-homme-en-rougeUn spec­ta­cle musi­cal de Roland Romanel­li & Rébec­ca Mai.
Mise en scène : Eric-Emmanuel Schmitt.
Avec :
Rébec­ca Mai au chant.
Roland Romanel­li à l’ac­cordéon et au piano.
Jean-Philippe Audin au violoncelle.

L’homme qui accom­pa­gna Bar­bara, à la scène comme dans la vie, nous racon­te enfin cette femme unique, sur­prenante, drôle, pas­sion­née, dif­férente, géniale. Roland Romanel­li, accordéon­iste et pianiste, est choisi tout jeune par Bar­bara pour effectuer une tournée. Cette ren­con­tre ful­gu­rante, féconde, com­plexe, qui devint amoureuse, c’est avec Rébec­ca Mai, sa com­pagne d’aujourd’hui, chanteuse amoureuse du réper­toire de Bar­bara, que Roland Romanel­li nous la raconte.
Vingt chan­sons inter­prétées en direct entre­coupent le réc­it où alter­nent con­fi­dences de Roland Romanel­li et extraits d’interviews don­nées par Barbara.
Certes, il a fal­lu que Eric-Emmanuel Schmitt pousse Roland Romanel­li à franchir déli­cate­ment les bar­rières de sa grande pudeur pour évo­quer la dame en noir. Libéré, ten­dre, le musi­cien nous révèle des bribes de leur his­toire, l’humour pro­fond de Bar­bara ; il nous régale d’anecdotes et dévoile aus­si les secrets de cer­taines grandes chan­sons, au point de nous les ren­dre encore plus boulever­santes. On sort du spec­ta­cle fasciné si l’on ne con­naît pas Bar­bara, enrichi de per­spec­tives nou­velles si l’on en est déjà pas­sion­né, tous con­va­in­cus que Bar­bara, auteur majeur de la chan­son française, est un aigle noir qui inspir­era tou­jours les généra­tions à venir.

Note de l’au­teur, Roland Romanelli :
Vingt ans… Vingt ans d’amour avec un être d’exception… En vingt ans elle a eu le temps de m’apprendre ce qu’est la vie, la musique, l’amour…
Ce spec­ta­cle, je le lui devais ; il est le reflet de ce que j’ai vécu auprès d’elle : ses colères, ses joies, ses éclats de rire… son pro­fes­sion­nal­isme, sa mau­vaise foi aus­si, son côté exclusif… et son amour pour ce méti­er qui était toute sa vie. Il est aus­si ma plus belle récom­pense, et je le vis avec sincérité, amour et respect, avec ma parte­naire Rébec­ca, que j’ai choisie, et avec qui j’ai par­fois la trou­blante impres­sion de revivre cer­taines sit­u­a­tions, cer­taines ambiances qui tis­saient jour après jour notre com­plic­ité aus­si bien artis­tique qu’amoureuse…
Mon espoir est de faire vivre pour le pub­lic ces moments intens­es de joie, de tra­vail, de pas­sion, et de graver dans leur mémoire, le nom de ce mon­stre sacré qu’est Barbara.