Barbara, 20 ans d’amour

0
295

Avec Roland Romanel­li et Rebecca.

Bien plus qu’un spec­ta­cle ren­dant hom­mage à Bar­bara, à son tal­ent et à sa per­son­nal­ité hors du com­mun, Bar­bara 20 ans d’amour est un moment de partage et d’in­tim­ité unique.

Roland Romanel­li, com­pos­i­teur ayant vécu et tra­vail­lé avec l’artiste-inter­prète, nous dévoile avec sen­si­bil­ité et humour, quelques moments de vie et de création.
Au fil d’un dia­logue sin­guli­er et intimiste et ryth­mé par les textes de Bar­bara, le spec­ta­cle nous plonge l’u­nivers de Bar­bara, mêlé de grav­ité et d’au­todéri­sion. Entre les anec­dotes piquantes et les secrets de l’écri­t­ure de cer­tains textes et musiques, Roland Romanel­li nous rend com­plice de ces années privilégiées.
Ponc­tué de quelques séquences d’in­ter­views enreg­istrées où l’artiste — s’in­vi­tant sur scène — nous livre ces manières de voir la vie, le monde ou les super­marchés, Bar­bara 20 ans d’amour est un moment d’ex­cep­tion rare, maîtrisé qui ne tombe jamais dans le pathos.

Mené par deux pro­tag­o­nistes impec­ca­bles, le spec­ta­cle parvient à nous faire croire — rêver — que Bar­bara, depuis l’au-delà, observe la scène, avec ironie et tendresse.

Par­faite­ment mil­limétrée et soignée, la mise en scène est enrichie d’une scéno­gra­phie lumière sen­si­ble et juste. L’ensem­ble nous fait voy­ager dans une his­toire qu’on aurait aimé vivre et partager avec la grande dame noire, com­plexe et drôle et pro­fondé­ment humaine.

Seul bémol : ce spec­ta­cle est un tel délice qu’il en est beau­coup trop court.