Avignon Off 2010 : Esther Terraz pour « Mes elles »

0
342

mes-elles-afficheEsther Ter­raz, vous êtes à l’af­fiche de Mes elles au  Théâtre Monte-Charge, du 8 au 31 juil­let 2010. Com­ment définiriez-vous le spectacle ?
Esther Ter­raz : Mes Elles est une comédie grinçante, comédie parce qu’on y rit beau­coup et que tout est tourné en déri­sion et grinçante parce qu’on par­le de trois femmes qui ont tué leur ex… com­mun ! Cela reste avant tout une comédie car, bien que chaque per­son­nage ait une his­toire dif­fi­cile et ses tra­vers, tout spec­ta­teur peut s’i­den­ti­fi­er à elles, le tout dans une ambiance de cabaret musical.

Qu’at­ten­dez-vous du Fes­ti­val d’Avignon ?
E.T. :
On attend bien sûr d’Av­i­gnon de faire con­naître le spec­ta­cle et de le voir bien­tôt pro­gram­mé à Paris ou en province, mais aus­si de faire de belles ren­con­tres artis­tiques. C’est tou­jours très enrichissant de pou­voir tenir un rôle sur une longue péri­ode (24 dates d’af­filée) sans une seule inter­rup­tion. On redé­cou­vre chaque jour le rôle et on le fait évoluer au fil des représentations.

Com­ment vivez-vous le Festival ?
E.T. : C’est la troisième année que je par­ticipe au Fes­ti­val d’Av­i­gnon avec des com­pag­nies dif­férentes. C’est chaque fois une joie d’y par­ticiper. Une ambiance de vie de groupe, de vie com­mune 24h/24h, de partage des tâch­es autant dans « à la ville » qu’au spec­ta­cle. C’est un plaisir de ren­con­tr­er les autres troupes lors des dif­férentes parades. Il y a vrai­ment une ambiance très par­ti­c­ulière au Fes­ti­val d’Av­i­gnon qu’on ne retrou­ve pas ailleurs. Ami­tiés, partages, rires, rencontres,…

Quels sont vos pro­jets pour la rentrée ?
E.T. :  Je serai en Suisse dans une pièce de Ray­nald Vauch­er, Se pen­dre tue et en plus ça fait mal, encore une comédie grinçante ! Puis, pour Nöel, je reprends La Belle Hélène d’Of­fen­bach mise en scène par David Koenig et La revue de Neuchâtel.