Avignon 2015 avec… Angélique Fridblatt (Les Divalala)

0
457
Angélique Fridblatt (c) DR
Angélique Frid­blatt © DR

En moins de vingt mots, don­nez-nous envie de venir voir votre spec­ta­cle à Avi­gnon par­mi les 1336 spec­ta­cles du off.
De l’amour, de l’humour, du Gains­bourg. Des sha­lala a cap­pel­la, du Dal­i­da. De la var­iété, du décalé, du Stro­mae. Et plus si affinités…

Qu’aimez-vous le plus dans ce festival ?
Je crois que c’est tout sim­ple­ment de pou­voir faire mon méti­er dans un cadre unique. Un rêve de petite fille. Je repense sou­vent avec émo­tion à  mon pre­mier fes­ti­val en tant que spec­ta­trice accom­pa­g­née de mes par­ents et de mes grands frères… Et puis il y a aus­si les copains du méti­er qu’on a pas vus depuis longtemps et qu’on retrou­ve presque à chaque coin de rue. C’est une ambiance très par­ti­c­ulière, le temps s’arrête un peu à Avi­gnon, on est dans une bulle sus­pendue, c’est un moment à part, priv­ilégié. Même si ça bosse dur évidemment!

Quel est votre sou­venir le plus mar­quant d’Av­i­gnon en tant que comédien ?

L’une des émo­tions les plus fortes que j’ai vécues lors du Fes­ti­val est la pre­mière stand­ing ova­tion que j’ai eu la chance de vivre l’an­née dernière avec mes parte­naires des Divalala, Gabrielle Lau­rens  et Mar­i­on Lépine. C’était un moment unique de générosité, de partage et d’amour avec le pub­lic ! Là, tu te dis, ces heures de répéti­tions et de trac­tage sous le soleil ont servi à quelque chose… Cela aide à con­tin­uer de don­ner le meilleur à chaque représen­ta­tion. C’est une récom­pense incroyable !

Quel est votre endroit préféré à Avignon ?
Il y a telle­ment de beaux endroits à Avi­gnon… Je ne suis pas très orig­i­nale mais si il y a un endroit que j’adore, c’est le le Palais des Papes… à deux heures du matin, quand la ville retrou­ve un peu de calme et de fraîcheur. C’est un véri­ta­ble sen­ti­ment d’apaisement qui m’envahit, ce qui est rare et pré­cieux pen­dant ce mois de fes­ti­val. Sinon, je vous souf­fle une adresse à laque­lle je suis par­ti­c­ulière­ment attachée : le glac­i­er JF Del­don rue Saint ‑Agri­col. J’y vais depuis que j’ai dix ans, c’est ma petite madeleine de Proust. Leur glace au réglisse est incontournable !

Plus d’in­fos sur Les Divalala