Argent, dette & music hall ! (Critique)

0
264

argent-dette-music-hallCréa­tion col­lec­tive de Ste­fano Amori Nigel, Hol­lidge, Armel Petitpas.
Sur une propo­si­tion de Nigel Hollidge.
Avec : Nigel Hol­lidge, Anto­nio Inter­lan­di, Armel Petitpas.
Au piano : Vin­cent Gail­lard & Daniel Glet (en alternance).

Trois comé­di­ens et un pianiste lais­sent pour une soirée leurs tra­cas en couliss­es. Car ce soir, c’est music-hall !

Les années 30 en chan­sons pour déjouer la grande crise ! Mais le clin­quant peu à peu se fis­sure, et c’est notre époque ambiva­lente qui résonne.

Notre avis : L’ambitieux pro­gramme de Argent, Dette et Music-Hall est de nous diver­tir sur un sujet aus­si austère que la créa­tion moné­taire et l’argent dette. Cela peut laiss­er per­plexe a pri­ori, mais il faut recon­naître que ce spec­ta­cle est une grande réus­site. La forme du music-hall per­met une grande var­iété de numéros qui sont très bien agencés. La mise en scène avec les couliss­es à vue donne une pro­fondeur au pro­pos et créé un rythme qui ne faib­lit pas tout au long de la soirée.
Les comé­di­ens sont très justes dans leurs scènes comme dans leurs chan­sons où cha­cun est mis en valeur à tour de rôle. Citons par­mi les plus beaux moments les inter­pré­ta­tions de « Bien cha­peauté » par Armel Petit­pas, « Anto­nio » par Anto­nio Inter­lan­di et « Je cherche un mil­lion­naire » ou encore « Youkali » par Nigel Hol­lidge, sans oubli­er l’impeccable accom­pa­g­ne­ment au piano de Daniel Glet qui en prime nous inter­prète une très drôle « Vache à mille francs ».
Argent, Dette et Music-hall est un spec­ta­cle beau et intel­li­gent qui mérite d’être vu.