Antonio Interlandi et le cinéma d’Alfredo Arias

0
398
antonio-interlandi-alejandra-radano.jpg
Anto­nio Inter­lan­di et Ale­jan­dra Radano dans Cinelandia © DR

Anto­nio Inter­lan­di, par­lez-nous de votre pre­mière col­lab­o­ra­tion avec Alfre­do Arias ?
Ma pre­mière col­lab­o­ra­tion avec Alfre­do était sur Peines de Coeur d’une Chat­te Française, mag­nifique spec­ta­cle pour lequel il m’a con­fié le rôle mas­culin prin­ci­pal, le chat « Bris­quet », et qui a reçu deux Molières. C’é­tait aus­si une belle aven­ture humaine, puisque d’autres comé­di­ens devenus des amis proches ont égale­ment démar­ré dans ce spec­ta­cle : Lau­rent Ban, Emmanuelle Riv­ière, Ari­ane Pirie… En ce qui me con­cerne, dès le départ, il y a eu une grande entente avec Arias, et aus­si avec René de Cec­ca­t­ty, l’au­teur avec qui il col­la­bore très sou­vent.  Avec Cinelandia, nous en sommes à notre huitième spec­ta­cle ensemble…

Qu’aimez-vous le plus dans son travail ?
J’aime l’in­tu­ition qu’Al­fre­do a par rap­port à la musique. Dans ses pièces, les chan­sons sont tou­jours totale­ment inté­grées dans la trame, dans le texte. Il n’y a qua­si­ment pas de cas­sure, parole et chant nav­iguent ensem­ble et se com­plè­tent. Cette absence de fron­tière m’intéresse. Du coup, nous sommes tou­jours sur une même énergie en tant qu’ac­teur : il n’y a pas des « moments » de chant suiv­is par des « moments » de théâtre. Ça se fait mal­gré nous, c’est vrai­ment un tra­vail pen­sé et voulu par le met­teur en scène. Curieuse­ment, cela demande un grand aban­don de notre part !

Com­ment décririez-vous Cinelandia ?
Cinelandia est un réc­it du sou­venir d’Al­fre­do par rap­port à un cer­tain ciné­ma argentin des années 40 et 50. Qua­tre films très dif­férents (dont une ver­sion argen­tine de La Dame aux Camélias !) qui don­nent pré­texte à l’ap­pari­tion des acteurs de ces films, de bouts d’his­toire, d’anec­dotes. Un sou­venir « tor­du » à sa manière, bien enten­du. Avec sa touche comique et baroque, élé­gante aussi.

Ce « théâtre avec chan­sons », est-ce très dif­férent de la comédie musicale ?
Oui, ce théâtre avec chan­sons reste une forme dif­férente de la comédie musi­cale. D’une part, à cause de ce que j’ai dit plus tôt, sur la manière d’in­sér­er la musique dans l’écri­t­ure de la pièce, même si ce ne sont pas de créa­tions orig­i­nales. D’autre part, c’est vrai­ment une pièce de théâtre… avec chan­sons ! La descrip­tion est très juste ! Il faut venir nous voir pour com­pren­dre la réponse à cette sub­tile différence !