Alexandre Bonstein : Bons Baisers de Sibérie #2

0
411
Alexandre Bonstein
Alexan­dre Bonstein

Voici, pour les lecteurs de Regard en Coulisse, mon regard sur les couliss­es du Théâtre Musi­cal d’Irkoutsk (Sibérie Ori­en­tale), où je monte Bon­nie & Clyde en comédie musi­cale (il ne s’agit pas de la ver­sion de Raphaël Ban­cou qui s’est jouée à Avi­gnon et à l’Alhambra, mais d’un spec­ta­cle inédit de Bernard Poli) avec la troupe russe du théâtre.

Pre­mières semaines de répétitions
On m’avait aver­ti : « Tu vas voir… les Russ­es sont très durs dans le tra­vail… C’est tou­jours ser­vice min­i­mum…  Il faut te faire crain­dre pour être respec­té… » De quoi me faire sauter dans le lac Baïkal, moi qui suis plutôt d’une nature aimable et flegmatique…
Eh bien non, les Russ­es sur lesquels je suis tombé sont tra­vailleurs, motivés et patients, mal­gré leurs horaires de fous. Il arrive sou­vent qu’ils vien­nent répéter avec moi juste avant de jouer un autre spec­ta­cle (maquil­lés et en cos­tume), et même après ou pen­dant le spec­ta­cle s’ils ont beau­coup de temps entre deux entrées en scène !…
Evidem­ment, sur la cinquan­taine d’artistes que j’ai à gér­er, il y en a deux ou trois moins motivés que les autres…
Le prob­lème c’est que dans ce théâtre, on ne donne jamais plusieurs rôles au même comé­di­en, ce qui fait que cer­tains socié­taires du Théâtre se retrou­vent à n’avoir à défendre qu’un petit rôle au début du spec­ta­cle, et ont ten­dance à traîn­er la pat­te quand je leur demande de s’investir.

Et je leur demande beau­coup, car j’aime quand il y a plusieurs couch­es dans une scène…  quand la légèreté cache du drame, et le drame est traité avec légèreté…
Mais j’ai sou­vent de très bonnes sur­pris­es,  comme par exem­ple cet excel­lent vieux comé­di­en qui joue le juge, qui nour­rit sa courte entrée en scène en imag­i­nant  très pré­cisé­ment  la dure journée qu’il a passé avant au tribunal.

Sergeï (Clyde) et Stas (WD Jones) durant les répétitions de Bonnie & Clyde à Irkoutsk
Sergeï (Clyde) et Stas (WD Jones) durant les répéti­tions de Bon­nie & Clyde à Irkoutsk

Et puis j’ai adoré quand un des deux Clydes, alors qu’on par­lait d’une chan­son intro­spec­tive sur le fait d’être devenu un meur­tri­er, m’a dit qu’il pou­vait trou­ver une forte con­nex­ion à la sit­u­a­tion, car il avait déjà tué une vache.

Bref, en général ça se passe bien, surtout quand je mon­tre que je sais ce que je veux, et que j’arrive à me faire com­pren­dre claire­ment. (Ceux et celles qui me con­nais­sent ren­dront hom­mage à mon inter­prète qui s’arrache régulière­ment les cheveux en essayant de saisir ce que je veux dire et en ten­tant de me faire finir mes phrases…)
Mais bon, j’apprends à être clair, direct et décidé…

Alexandre Bonstein et son interprète Anna sur les répétitions de Bonnie & Clyde
Alexan­dre Bon­stein et son inter­prète Anna sur les répéti­tions de Bon­nie & Clyde

Heureuse­ment cette notion m’est rap­pelée tout le temps, tant il y a de l’électricité sta­tique partout… Dés qu’on touche du métal, on se prend une décharge, ce qui me fait penser à « pren­dre à bras le corps » sans effleur­er ni hésiter.

Je n’ai mal­heureuse­ment pas d’ assistant(e), car ça n’entrait pas dans le budget.
Et pour­tant… je suis très assisté !
Il y a la pianiste accom­pa­g­na­trice, la dame qui me demande chaque jour de quels acces­soires j’ai besoin pour la répéti­tion, la dame qui dirige les chanteurs musi­cale­ment, la dame qui souf­fle le texte aux comé­di­ens, celle qui note les déplace­ments de tout le monde, la dame qui enreg­istre les mou­ve­ments que je fais et qui les apprend aux comé­di­ens (au début je croy­ais que c’était la gar­di­enne, avec ses gross­es pantoufles..).

C’est un relent de l’ère sovié­tique qui me plaît bien.

Après il y la tech­nique… (pour le prochain épisode !)

Arsen (WD Jones) et Ania (Blanche) durant les répétitions de Bonnie & Clyde à Irkoutsk
Arsen (WD Jones) et Ania (Blanche) durant les répéti­tions de Bon­nie & Clyde à Irkoutsk