A Love Supreme

0
226
lovesupreme.jpg

D’aprés Emmanuel Dongala
Mise en scène : Luc Clémentin
Avec : Adama Adepoju
Musi­ciens : Sébastien Jarousse (sax­o­phone ténor), Jean-Daniel Bot­ta (con­tre­basse) et
Olivi­er Robin (bat­terie).

Dates sup­plé­men­taires :
28/08 à 20 h
02/09 à 14 h
04/09 à 20 h
09/09 à 16 h
10/09 à 16 et 20h

Il y a près de 40 ans, John Coltrane, sax­o­phon­iste excep­tion­nel, dis­parais­sait. Sa mort, le 17 juil­let 1967, lais­sait désem­parés de nom­breux amoureux du jazz. La pièce A Love Supreme, dont le titre reprend celui d’un de ses chefs d’oeu­vre, rend hom­mage à cet artiste, à tra­vers le regard d’un patron d’une boîte de jazz qui l’a ren­con­tré à plusieurs repris­es, dans ses moments de gloire mais aus­si dans ses péri­odes de doutes. Sous le choc de l’an­nonce de la mort de « JC », tant de sou­venirs lui reviennent…

A Love Supreme est à l’o­rig­ine une nou­velle extraite du recueil Jazz et Vin de Palme de l’écrivain con­go­lais Emmanuel Don­gala. L’ adap­ta­tion de cette nou­velle met donc en scène un pas­sion­né de jazz mais égale­ment un trio de musi­ciens (sax­o­phone, con­tre­basse, bat­terie) dont les inter­pré­ta­tions de stan­dards vien­nent agré­menter les sou­venirs. « A Love Supreme » est une oeu­vre émou­vante, sachant nav­iguer habile­ment entre la for­mule du théâtre et celle du con­cert de jazz. Mal­gré quelques petites longueurs, cette oeu­vre réus­sit à met­tre en valeur la place unique qu’oc­cupe encore Coltrane dans l’u­nivers du jazz tout en rap­pelant que cet artiste d’ex­cep­tion était aussi…tout sim­ple­ment humain.