24 heures de la vie d’une femme (Critique)

0
309
24-heures-vie-femme-bruyered’après Ste­fan Zweig
Mise en scène : Franck Berthier
Adap­ta­tion, livret et paroles : Chris­tine Khand­jian et Stéphane Ly-Cuong
Musique : Sergeï Dreznin
Décor : Franck Berthier
Avec Isabelle Georges, Fred­erik Steen­brink et Olivi­er Ruidavet
Accom­pa­g­nés par Yann Olli­vo (arrange­ments, direc­tion musi­cale et piano), Naa­man Sluchin (vio­lon) et Isabelle Sajot (vio­lon­celle)Résumé : Une femme, récem­ment veuve, se jette corps et âme dans une pas­sion dévo­rante pour un jeune homme fou de jeu qui vient de tout per­dre au casino.
Elle nous racon­te cette pas­sion ful­gu­rante et inou­bli­able, cette émo­tion crue qui se cache sous les masques, cette his­toire intem­porelle d’amour et d’abandon mal­gré les con­ven­tions sociales.
Notre avis : Avec son rythme lent, son plateau dépouil­lé, ses lumières savam­ment agencées 24 heures de la vie d’une femme ressem­ble à un rêve, à une par­en­thèse, comme l’est cette ren­con­tre pour cette femme. Tout dans la mise en scène et dans l’adaptation musi­cale est mis en œuvre pour créer avant tout l’atmosphère prop­ice à racon­ter cette his­toire. L’histoire d’une ren­con­tre, brève mais intense entre un homme jeune, joueur et insou­ciant et une femme plus mûre, veuve et respon­s­able, qui va mar­quer la vie de cette dernière à tout jamais.
Les com­po­si­tions musi­cales expri­ment par­faite­ment la vio­lence des émo­tions au milieu du calme de l’apparence et des con­ven­tions sociales. Elles sont bril­lam­ment inter­prétées par Isabelle Georges, Olivi­er Rui­dav­et et Fred­erik Steen­brink qui sont soutenus par un accom­pa­g­ne­ment au piano, vio­lon et vio­lon­celle de grande qual­ité. Une ambiance d’irréalité plane tout le long. Elle est ampli­fiée par le per­son­nage du « regard des autres » incar­né par Olivi­er Rui­dav­et dont l’interprétation gagne en inten­sité au fil du spec­ta­cle. Dans ce cadre plein de con­tra­dic­tions, à la fois calme et vio­lent, Isabelle Georges joue avec beau­coup de sincérité et de tal­ent son per­son­nage de femme pas­sion­née mar­quée à la fois par la mort et par une forte envie de vivre pleine­ment sa vie.